Le 04/11/2008

Une série de subventions à l’Afrique maintenues en 2009

Le secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, a annoncé lundi qu’une série de subventions destinées à l’Afrique sub-saharienne en 2009, et qui selon l’ONG Oxfam étaient sur le point d’être supprimées pour des raisons budgétaires, seraient maintenues. Après avoir reçu des représentants d’ONG, dont Oxfam France, M. Joyandet a assuré qu’il n’était « pas […]

Le secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, a annoncé lundi qu’une série de destinées à l’Afrique sub-saharienne en 2009, et qui selon l’ Oxfam étaient sur le point d’être supprimées pour des raisons budgétaires, seraient maintenues.

Après avoir reçu des représentants d’ONG, dont Oxfam France, M. Joyandet a assuré qu’il n’était « pas question d’abandonner les projets qui touchent à l’éducation et à la santé en Afrique sub-saharienne ».
Oxfam France avait affirmé fin octobre s’être procuré des documents internes montrant que l’Agence française de développement (AFD), opérateur pivot du dispositif d’aide, allait devoir « suspendre sine die » des plans de subventions à une cinquantaine de projets nationaux de lutte contre la pauvreté en raison de restrictions budgétaires.

Parmi les projets remis en cause, figuraient l’appui au secteur de la santé au Mali, au Rwanda, au Togo, à Madagascar ou encore le secteur de l’éducation au Niger ou encore au Bénin.
« Le petit différend avec Oxfam portait sur quelques dizaines de millions d’euros », a déclaré M. Joyandet qui a assuré que ces projets « n’avaient pas été arbitrés par le ministère ».

Le secrétaire d’Etat a souligné que l’ au développement (APD), multilatérale et bilatérale, augmenterait en 2009 de 2,5%.
La France s’est engagée à porter l’APD à 0,7% de son PIB en 2015.
« Il va falloir faire beaucoup d’efforts si on veut les atteindre, mais nous avons la ferme intention de les atteindre », a assuré M. Joyandet.

L’APD ne représente en 2007 que 0,39% du revenu national brut de la France (à peu près équivalent au PIB). « En 2009, ce pourcentage va passer à 0,42, 0,43% », a-t-il dit.
Le directeur général d’Oxfam France, Luc Lamprière, a salué une « bonne nouvelle », tout en regrettant que l’APD compte de plus en plus de prêts, qui risquent de réendetter les pays les plus pauvres.

Source: afp

Publié par Rédaction le 4/11/08

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


Par Julie, le 20/08/2011

Je lis cet article avec beaucoup de retard.
En effet, il serait grandement temps d’arrêter de verser des subventions (en avons nous les moyens) à tous ces pays.
Quant on voit l’usage qu’ils en font et l’inutilité de notre générosité multi-décennale qui frise la bêtise…

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.