Le 09/12/2008

Des ouvriers de Renault envahissent le Conseil régional à Rouen

Des ouvriers des usines Renault de Cléon et Sandouville (Seine-Maritime), placées en chômage partiel, ont envahi lundi à Rouen le siège du Conseil régional de Haute-Normandie. Les salariés présents, 2.000 à 3.000 selon les sources, ont interrompu une séance plénière pour mettre en cause les subventions obtenues de l’institution par le constructeur automobile. Ils demandent […]

Des ouvriers des usines Renault de Cléon et Sandouville (Seine-Maritime), placées en chômage partiel, ont envahi lundi à Rouen le siège du Conseil régional de Haute-Normandie. Les salariés présents, 2.000 à 3.000 selon les sources, ont interrompu une séance plénière pour mettre en cause les subventions obtenues de l’institution par le constructeur automobile. Ils demandent aux élus de « faire pression » pour que Renault indemnise intégralement leur chômage partiel.

« Le Conseil régional vote régulièrement des subventions pour Renault. On demande à ce qu’elles servent à autre chose qu’à maintenir les bénéfices des actionnaires« , a dit Lionel Lepage, secrétaire adjoint de la CGT à Sandouville.

Le secrétaire général de la CGT de Cléon, Gilles Cazin, a ajouté qu’il souhaitait voir interdire les licenciements « pour toutes les entreprises qui font du profit ».

Un dialogue vif s’est engagé entre des manifestants et le chef de file de l’UMP à l’assemblée, Jean-Paul Gauzès, interpellé par un ouvrier de Sandouville, dans une référence au projet élargissant les possibilités de le dimanche.

« On veut faire travailler les gens sept jours par semaine et moi, je peux juste travailler deux jours. Comment faire ? », a demandé l’ouvrier à l’élu.

Selon son service d’information, le Conseil régional de Haute-Normandie, présidé par le socialiste Alain Le Vern, a voté une de quatre millions d’euros en 2004 pour aider à la fabrication d’un moteur à Cléon et deux autres d’un total de 120.000 euros pour des plans de formation.

Pour Sandouville, une aide de 4,75 millions d’euros, votée en 2008 et conditionnée à la fabrication d’un nouveau véhicule, n’a pas été versée.

Source: L’Express

Publié par Rédaction le 9/12/08

Print Friendly

Articles relatifs


Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *