Le 12/01/2009

Le Mans. Les associations craignent pour leur avenir

Les subventions de l’Éducation nationale pour ces associations ont baissé de 25 % en 2008. Leurs actions vont devoir être revues à la baisse. Dans un courrier du ministère daté du 6 octobre dernier, les associations périscolaires apprenaient, « sans discussion préalable », que les subventions allouées à leur fonctionnement étaient réduites de 25 %, […]

Les subventions de l’Éducation nationale pour ces associations ont baissé de 25 % en 2008. Leurs actions vont devoir être revues à la baisse.
Dans un courrier du ministère daté du 6 octobre dernier, les associations périscolaires apprenaient, « sans discussion préalable », que les subventions allouées à leur fonctionnement étaient réduites de 25 %, avec effet rétroactif sur l’année 2008.

Du coup, ces associations (les Francas, les Pep, Fédération des oeuvres laïques, Céméa…), qui organisent des rencontres sportives, de l’éducation à la citoyenneté, des formations de délégués élèves, des formations d’animateurs ou encore des classes de découverte, sont inquiètes pour leur avenir.

« Cette baisse de subventions affecte des actions déjà entamées pour l’année scolaire 2008-2009. Et nous savons d’ores et déjà qu’à partir du 31 août, les enseignants détachés dans nos associations ne seront plus subventionnés », s’inquièteGilles Piron, délégué départemental des Francas.

« Par nos activités, nous démontrons depuis des années l’utilité et la cohérence de nos actions : permettre à l’enfant, sur ses temps de loisirs, de mettre en pratique les connaissances acquises dans le cadre scolaire. Et qui dit moins de subventions, dit obligatoirement moins d’actions. »

C’est ce que confirme Nathalie Letellier, secrétaire générale de la Fédération des oeuvres laïques de la Sarthe : « Très concrètement, ce sont au moins le tiers de nos actions prévues en 2009 qui vont devoir être supprimées. Par exemple, s’il n’y a plus de détaché Usep (Union sportive de l’ du premier degré) à la rentrée de septembre 2009, il n’y aura plus de rencontres sportives en primaire. »

Tout le mois de décembre, le ministre de l’Éducation nationale a reçu les membres des associations pour faire le point avec eux sur la situation, dans le cadre de la réévaluation de la convention pluriannuelle.

D’ici quelques jours, le ministère devrait rendre ses arbitrages et proposer un nouveau plan de . Pour l’instant, les associations restent dans l’incertitude et craignent même, pour certaines, leur disparition : « Nous n’avons pas beaucoup de solutions… Soit les détachés retournent en classe et les activités proposées vont diminuer de façon très importante, soit on trouve d’autres moyens de . Nous allons devoir faire des choix et peut-être nous tourner vers des actions qui rapportent, au détriment de l’éducation », regrette la secrétaire.

« Mais nous ne sommes pas des entreprises, avec la volonté de faire du profit. Certains diront que nous sommes trop dépendants des subventions : c’est peut-être vrai… Mais nous ne voulons pas augmenter le tarif des adhésions. Ce que nous défendons, c’est l’égalité et l’accès à nos activités pour tous », résume Nathalie Letellier.

Source: Ouest-France

Publié par Rédaction le 12/01/09

Print Friendly

Articles relatifs


Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *