Le 07/01/2009

L’Union Européenne est le Père Noël de la fraude

Si l’Union européenne (UE) n’est pas souvent grande, elle est toujours généreuse. Les milliards de fonds structurels qu’elle accorde aux 27 pays membres autorisent tous les gaspillages et toutes les fraudes. Petite visite au cœur de la gabegie européenne. Ole Harild est un Danois qui n’a pas froid aux yeux. Amateur de ski, il se […]

Si l’Union européenne (UE) n’est pas souvent grande, elle est toujours généreuse. Les milliards de fonds structurels qu’elle accorde aux 27 pays membres autorisent tous les gaspillages et toutes les fraudes. Petite visite au cœur de la gabegie européenne.

Ole Harild est un Danois qui n’a pas froid aux yeux. Amateur de , il se ren­dait tous les ans dans les Alpes pour s’adonner à sa passion. Mais en 2006, empêché par des obligations professionnel­les, il doit renoncer aux sports d’hi­ver. Lui vient alors à l’esprit une idée très originale: plutôt que d’ailler skier à l’étranger, pourquoi ne pas s’offrir une piste à domicile, au Danemark, sur Bornholm, une pe­tite ile de la Baltique ?

À cette fin, il fait une demande de au ministère de l’Agriculture danois, qui, sans sourciller, lui accorde 100 000 euros, pris sur les fonds que l’UE accorde pour le développe­ment régional! Avec cette somme, l’heureux bénéficiaire achète une machine pour tracer la piste, un petit canon à neige et 80 paires de skis destinées à la location…
Le hic, c’est que Bornholm est une île plate comme une planche à repasser où il neige très rarement. Résultat: cette station lilliputienne n’a ouvert qu’une seule journée du­rant l’hiver 2007! Ce qui amuse aujourd’hui ce sacré farceur de Ole Harild: « Je ne pensais pas qu’ils allaient soutenir quelque chose d’aussi fou. Mais comme l’argent était déblo­qué, il n’y avait pas de raison de ne pas réaliser ce projet. »

Bruxelles met les putes en selle!

De telles histoires, c’est toute la magie de l’UE. Elle accorde auxÉtats membres des fonds structu­rels, normalement destinés au dé­veloppement régional, à l’activité économique ou à la cohésion socia­le, et chaque État membre gère cette enveloppe à sa guise. Ce qui occasionne de nombreux dérapa­ges.

Une association anglaise, Open Europe, sur son site internet, s’est amusée à dresser un top 100 des gaspillages et fraudes aux subventions européennes. En cette période où les huîtres sont au menu, on découvre quelques perles …

En Espagne, dans un petit villa­ge d’Andalousie, un certain Ramon a obtenu une aide de 54000 euros pour créer une école d’équitation. Or il a recruté de drôles de mon­tures… Le centre équestre s’appelle Le Septième Ciel et c’est en réalité une maison close! En Angleterre, la ville de Hull a obtenu une subven­tion, au titre de la compétitivité des régions, pour créer des WC auto­matiques ouverts 24 heures sur 24.
Tout cela prête à sourire, mais on rit jaune quand on connaît le coût de ces aides. Sur la période 2007-2013, l’UE, au titre des fonds structurels, va redistribuer une somme globale de 336,3 milliards d’euros aux 27 États membres. Sur ce pactole, la France ne touchera que 12,7 mil­liards d’euros, soit seulement 3,8 %.

Serait-ce être un eurosceptique borné que de dénoncer ces gaspil­lages et ces fraudes ? Non pas. En juillet 2008, la Commission euro­péenne, dans un rapport concer­nant l’exercice 2007, a elle-même ti­ré la sonnette d’alarme. Elle expli­que que si « le nombre d’irrégularités communiquées a diminué dans tous les domaines, sauf pour les actions struc­turelles », en revanche « l’impact fi­nancier estimé des irrégularités a augmenté dans tous les secteurs « . Bref, moins de fraudes, mais elles coû­tent plus cher à la communauté.

Selon ce rapport, l’ constitue l’exemple le plus frappant. Malgré une baisse de plus de 50 % du nombre d’irrégularités signalées, leurs incidences financières estimées ont pratiquement doublé, passant de 87 millions d’euros à 155 millions en 2007. Dans ce championnat d’Eu­rope de la , il y a une région italienne, la Calabre, qui se taille la part du lion, voire de la vache.

8 millions pour souffler dans le ballon

Il y a une quinzaine d’armées, les Calabrais s’étaient déjà fait re­marquer. Pour toucher des primes sur des troupeaux fictifs, ils met­taient dans les champs des vaches en carton afin de déjouer tout contrôle aérien. Depuis, c’est toujours l’ar­naque. La police financière italienne estime qu’en 2006, sur 110 millions de subsides européens attribués à la Calabre, 80 auraient été détournés. On trouve ainsi un dentiste qui, tou­chant une subvention pour fabri­quer des panneaux solaires qui n’ont jamais vu la lumière du jour, s’est offert une Ferrari et une Formule 1. Un de ses complices s’est offert cin­quante voitures de collection. Un au­tre s’est carrément payé un yacht.

Exaspéré par la multiplication de ce genre de comportements, un député italien au Parlement euro­péen, Beniamino Donnic , mem­bre du groupe Alliance des démo­crates et des libéraux, a saisi le par­lement et demandé une enquête sur une autre affaire précise, qui touche à … la Squadra azzurra:
« Ces jours derniers, le Conseil régional de la Calabre, à des fins de promotion du territoire, a fait une large publicité à sa décision de sponsoriser l’équipe nationale italienne de football dans la perspective de la coupe du monde de 2010. Cette opération, d’après la pres­se, aurait coûté près de 8 millions d’euros de crédits accordés par l’Union eu­ropéenne pour la région dans le cadre du programme 2007/2013 afin d’at­teindre les objectifs de développement économique et l’intégration sociale arrétés pour les régions accusant enco­re un retard par rapport aux normes européennes.»

Et le député de rappeler que ce ne serait pas une première: « Ne serait-ce qu’en 2007, la région aurait, encore une fois pour une campagne de promotion aussi ruineuse que discu­table et confiée au photographe Olivie­ro Toscani (1), dépensé près de 6 millions d’euros de crédits prélevés sur les fonds
destinés à l’industrie portuaire touris­tique et commerciale, secteur pourtant bien plus important pour le développe­ment d’une région qui compte plus de
800 km de côtes. »

Qu’un élu s’indigne des mauvais usages qui sont faits des crédits européens, c’est bien. Mais les dépu­tés devraient donner l’exemple. Un rapport de la Commission de contrôle budgétaire de l’UE vient de révéler que certains députés fai­saient un drôle d’usage de l’enve­loppe qui leur est allouée pour rémunérer leurs collaborateurs. Il faut savoir que les 785 députés euro­péens touchent chacun chaque mois 17500 euros, normalement destinés à rétribuer leurs assistants. Or cer­tains n’ont pas d’assistant, ou emploient fictivement des membres de leur famille, ou reversent cette indemnité à leur parti politique …

Détournements de fonds, em­plois fictifs, occulte: qu’elle se conjugue au niveau na­tional ou sur le plan européen, la politique présente toujours les mêmes vicissitudes.

Source : Minute du 24 décembre 2008

1. Le photographe qui est devenu mondialement célèbre, dans les années 1990, avec les publicités pour Benetton.

www.openeurope.org.uk

Ces députés européens qui détournent l’argent de leurs frais

Publié par Observateur le 7/01/09

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


Par admin, le 07/01/2009

« 500 000 projets vont être financés en 2009 par 75 milliards de subventions européennes », selon WelcomEurope.
« Dans un contexte de crise financière, les subventions européennes sont plus que jamais une opportunité à saisir. »
A n’en pas douter l’argent des contribuables européens continuera en 2009 de faire bouillir la marmite de certains…

Glané sur le site de WelcomEurope:

« Welcomeurope accompagne les professionnels dans l’élaboration d’une stratégie et d’une méthode opérationnelle pour:
– obtenir des financements européens pour diversifier et augmenter leurs ressources;
– anticiper et optimiser les opportunités offertes par le cadre communautaire.
– constituer des réseaux d’opérateurs et d’homologues en Europe pour générer des projets à haute valeur ajoutée ;
– développer les réseaux de relations institutionnelles au niveau communautaire pour acquérir une crédibilité et une visibilité dans l’environnement institutionnel ;

Welcomeurope est de même régulièrement sollicité dans de commandes publiques afin d’accompagner les collectivités, les ministères dans leur réflexion et de les assister dans la mise en œuvre et l’évaluation de leurs dispositifs de financement. »

Dans un contexte de crise financière, les subventions européennes sont plus que jamais une opportunité à saisir.

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.