Le 13/01/2009

Tarbes. La FOL attaque Darcos en justice

Le ministère de l’éducation nationale a supprimé 25 % des moyens de la Fédération des œuvres laïques. Subir sans rien dire ? Non. Contre-attaquer sur tous les fronts. La stratégie qu’a donc choisie la Fédération des œuvres laïques face au ministre de l’éducation nationale. Rapide rappel des faits ? 7 octobre 2008 : Xavier Darcos […]

Le ministère de l’éducation a supprimé 25 % des moyens de la Fédération des œuvres laïques.

pouvoirs-publics-entreprise-justice-travail-budget-sarkozy-sarko-subventions-associations-subvention-association-xavier-darcos-enseignement-culture-nationaleSubir sans rien dire ? Non. Contre-attaquer sur tous les fronts. La stratégie qu’a donc choisie la Fédération des œuvres laïques face au ministre de l’éducation nationale. Rapide rappel des faits ? 7 octobre 2008 : Xavier Darcos informe la Ligue de l’ qu’elle ne percevrait que 75 % de la promise et qu’au surplus, il ne reconduit pas la convention de prise en charge des personnels détachés auprès de la Fédération des œuvres laïques, notamment. Concrètement ? La fin programmée de la et du sport à l’école, de l’éducation populaire.

« Heureusement, la bonne nouvelle, c’est que les gens se mobilisent, nous sommes à 60.000 signatures recueillies dont 1.700 pour les Hautes-Pyrénées et nous allons continuer à mobiliser écoles, parents d’élèves, élus et parlementaires », annonce René Trusses, président de la FOL 65. FOL qui n’entend pas s’en tenir aux traditionnelles pétitions. Car c’est bien en et sur le terrain politique qu’elle porte à présent sa lutte pour survivre.

D’abord « pour souligner les contradictions de ce gouvernement. On ne peut pas dire, comme l’a fait Nicolas Sarkozy, le 24 juillet dernier, « je tiens à saluer l’exceptionnel qu’effectue la Ligue de l’enseignement dans tous les domaines d’activités qui sont les siens » ; dire, comme Xavier Darcos, « j’ai besoin de vous », et nous couper les vivres ensuite », dénonce René Trusses. Pour dire ensuite que la destruction programmée des associations d’éducation populaire via le ratiboisage des budgets et l’atomisation des subventions par « projet » est bien la mise en œuvre d’une stratégie n’osant pas encore avouer son nom : la privatisation de toute activité éducative ressortissant au secteur non lucratif, au profit d’entreprises culturelles ou sportives, voire de cours privés, et ce au nom de la transposition de la directive « services », autrefois mieux connue sous l’appellation Bolkenstein, analyse en substance le président de la FOL. Lequel s’appuie sur la lecture du rapport Morange, rapport allant dans le sens du Medef, lorsque le patronat ne veut voir dans le milieu associatif que concurrence déloyale à détruire pour ensuite récupérer le marché.

Destruction qui, dans les Hautes-Pyrénées, passe déjà par la suppression des postes d’enseignants détachés auprès de la FOL et, au plan national, de 25 % du promis : « De l’argent que Darcos nous doit et pour lequel nous engageons donc le contentieux devant le tribunal administratif ».

Source: la Depeche

Publié par Rédaction le 13/01/09

Print Friendly

Articles relatifs


Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *