Le 15/01/2009

Une centaine d’associations s’estiment « en danger » faute de financement

Le gang des pleureuses ultra-subventionnées a encore frappé! Le collectif « Associations en danger » appelle à la mobilisation. Et nous tirerait presque des larmes. Son but, sous couvert d’aide « aux plus démunis »: préserver ses intérêts, conserver ses prébendes, continuer de sucer la moelle du contribuable. Ces associations n’ont pas l’ idée de faire appel à l’aide […]
monde_associatif_franceacse_subventions_associations
Le gang des pleureuses ultra-subventionnées a encore frappé!
Le «  » appelle à la mobilisation. Et nous tirerait presque des larmes.
Son but, sous couvert d’aide « aux plus démunis »: préserver ses intérêts, conserver ses prébendes, continuer de sucer la moelle du contribuable.
Ces associations n’ont pas l’ idée de faire appel à l’aide et aux dons de leurs membres. Logique, elles n’ en ont pas ou si peu, au regard des subventions qu’elles touchent.
Extraits du communiqué.

Une centaine d’associations et syndicats s’estiment, jeudi 15 janvier 2009, « en danger », dans un communiqué dénonçant le fait que le « gouvernement diminue à nouveau son soutien aux « associations ».

« Les moyens des associations se réduisent et se précarisent » et leurs actions se voient remises en cause », soulignent les signataires, dont la Ligue des droits de l’Homme (LDH), la , (Association de solidarité avec les travailleurs immigrés), Droit au logement (), ou encore .

Le collectif baptisé « associations en danger » se dit « inquiet de la situation de la vie associative en ce début d’année ».

« Aujourd’hui, sous couvert de la (révision générale des politiques publiques, NDLR), le gouvernement diminue à nouveau son soutien aux associations, notamment par le démantèlement de l’Acsé » (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances), selon le texte.

Ces associations soulignent que cette « politique menace de condamner à l’isolement les plus démunis et les plus éloignés du droit, qui à travers la vie associative avaient trouvé des lieux d’expression, d’intégration, de visibilité et de participation, leur permettant d’être ainsi pleinement citoyens ».

« Face à ces menaces et aux méthodes utilisées, nous demandons une révision profonde des réformes en cours, notamment par un renforcement et une sécurisation des financements publics aux associations, d’autant plus nécessaire dans la conjoncture économique qui frappe d’abord ceux auprès desquels nous sommes engagés », indiquent-elles.

Le collectif appelle à un rassemblement pendant le Comité interministériel des villes mardi à 13h30 au métro Varenne, dans le 7ème arrondissement de Paris.

Source: afp_logo

« Acsé aux droits, solidarités et lutte contre les discriminations »: l’appel de « Associations en danger » et les signataires

Le site de l’Acsé

Publié par Observateur le 15/01/09

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


  • Par THOMAS, le 17/04/2010

    faut-il s’arreter la ? non je ne le crois pas , l’association qui ne sait pas vivre de ses propres sources de revenus peut et doit disparaitre , peut-etre au profit d’asso plus compétente et dynamique.
    une association n’a pas a etre créée d’abord pour obtenir des subventions et peut-etre après faire quelque chose de BIEN; D’abord elle doit prouver :son efficacité , son utilité réelle et ne pas faire « salon », ensuite et très sérieusement en justifier auprès de ses donateurs.

    Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.