Le 07/04/2009

Subventions : halte au rock institutionnel !

Subventions : le rock, musique « rebelle » par excellence, bénéficie de plus en plus du soutien de l’État, des régions, des départements et des communes. « Institutionnalisation » : c’est sous ce terme que le sociologue Emmanuel Brandl désigne la façon dont le rock, musique « rebelle » par excellence, bénéficie de plus en […]

miege_Bruno_Lion_Cafe_musique_Centre_d_information_du_rock_centre_d_information_et_de_ressources_pour_les_musiques_actuelles_CIR_communes_departements_Direction_musique_et_danse_DMD_Emmanuel_Brandl_etat_fete_de_la_musique_FIC_Fonds_d_intervention_culturelle_Irma_Jeunesses_et_culture_ministere_de_la_culture_regions_rock_scenes_de_musiques_actuelles_Smac_subvention_subventionsSubventions : le , musique « rebelle » par excellence, bénéficie de plus en plus du soutien de l’État, des régions, des départements et des communes.

« Institutionnalisation » : c’est sous ce terme que le sociologue désigne la façon dont le rock, musique « rebelle » par excellence, bénéficie de plus en plus du soutien de l’État, des régions, des départements et des communes.

Dans son livre «L’ambivalence du rock entre subversion et » (L’Harmattan), il donne quelques repères :

1981 : création du service de l’action musicale au sein de la () du ministère de la Culture. Budget : 76 224 euros, plus une petite subvention (7,5 millions de francs, soit 1,15 million d’euros) pour « le jazz, le rock, la chanson et les variétés ». Le budget du service d’action musicale passera à 2,06 millions d’euros en 1985, puis à 2,9 millions en 1999, année où les « musiques actuelles » bénéficieront d’une subvention de 5,34 millions.

À quoi il faut ajouter l’effort public pour la fête de la musique. 1989 voit la nomination de comme chargé de mission pour le rock et les variétés. Ce dernier crée le Centre d’information du rock () en 1986, qui deviendra (centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles) en 1991.

Au cours de ces années, divers programmes sont lancés, comme , au sein du Fonds d’intervention culturelle ().

Souvent ces programmes s’insèrent dans des projets plus vastes, type DSU (développement social urbain) : c’est le cas de l’opération « Café-musique ».

N’oublions pas les , scènes de « musiques actuelles », subventionnées à la fois par le ministère de Culture et les collectivités locales…

Arrêtons là l’énumération, en précisant que Le Cri n’a rien contre le rock, ni contre aucune forme de musique que ce soit. Néanmoins ce n’est pas au contribuable de le financer, mais à ses amateurs.

Amédée Dubuis

Source : Le Cri du Contribuable n° 68 du 04 avril 2009

« L’ambivalence du rock entre subversion et subvention.Une enquête sur l’institutionnalisation des musiques populaires » de Emmanuel Brandl.

Publié par Observateur le 7/04/09

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


  • Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.