Le 30/04/2009

Une subvention de 42,6 millions pour le tramway de Bordeaux

Le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire ne représente sans doute pas un très bon souvenir pour Alain Juppé, qui avait dû le quitter quelques semaines seulement après en avoir pris les rênes, pour cause de défaite aux législatives (2007). Hier pourtant, c’est bien de ce ministère qu’est […]

Le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement et de l’Aménagement du territoire ne représente sans doute pas un très bon souvenir pour Alain Juppé, qui avait dû le quitter quelques semaines seulement après en avoir pris les rênes, pour cause de défaite aux législatives (2007).

borloo-sport-durable-finance-subventions-associations-subvention-association-financement-rmi-ministre-bordeaux-paris-tramway-bordeauxHier pourtant, c’est bien de ce ministère qu’est venue une très bonne nouvelle pour le maire de Bordeaux. Si bonne que ce dernier s’est fendu d’un communiqué de satisfaction, oubliant le protocole qui aurait commandé de laisser l’effet d’annonce au président de la Communauté urbaine (CUB), Vincent Feltesse. Car c’est bien la CUB qui est concernée au premier chef par la nouvelle : Jean-Louis Borloo, de l’écologie, vient d’accorder une de 42,6 millions d’euros à la construction de la troisième phase du tramway de Bordeaux. Cette somme sera versée pour le de l’extension des actuelles lignes A, B, C et la création de la future ligne D.

Cohérence tram-LGV

association-associations-subvention-subventionsLa subvention est directement liée au Grenelle de l’environnement, un temps préparé par Juppé avant que Borloo ne reprenne le ministère. Le Grenelle s’était en effet traduit par un appel à projets concernant les transports collectifs. La CUB avait présenté conjointement son dossier de LGV ferroviaire et son projet d’extension du tramway. En mars dernier, Vincent Feltesse et Alain Juppé s’étaient rendus ensemble à Paris pour présenter leur dossier. Leur argumentaire était double : le chantier de la LGV ne doit pas déboucher dans une agglomération dont le réseau de transports en commun n’est pas terminé, et la CUB s’engage par ce moyen à réduire de 20 % les émissions de CO2.

Satisfaction à la CUB

La CUB attendait de l’État entre 54 et 67 Millions, mais on se montrait satisfait, hier, dans l’entourage de Vincent Feltesse, des 42,6 Millions obtenus. Ils représentent environ 13 % du coût de la troisième phase du tram, évalué à 310 Millions (hors projet de tram-train Médoc, que le Grenelle repousse à la session suivante). Soit un taux de subventionnement proche de celui obtenu lors de la construction de la 2e phase du réseau (12 %). Conséquence : la CUB pourrait augmenter sa participation au projet de LGV.

Source: Sud-Ouest

Publié par Rédaction le 30/04/09

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.