Le 11/05/2009

Besson envisage de porter plainte contre le secrétaire général de La Cimade

Le ministre de l’Immigration, Eric Besson, a affirmé, lundi 11 mai 2009, qu’il étudiait la possibilité de porter plainte en diffamation contre le secrétaire général de l’association La Cimade, Laurent Giovannoni. Celui-ci l’a accusé d’employer « des méthodes de voyou ». « C’est quand même une conception assez particulière de mordre et de cracher en permanence sur la […]

Le ministre de l’Immigration, Eric Besson, a affirmé, lundi 11 mai 2009, qu’il étudiait la possibilité de porter en contre le secrétaire général de l’ , . Celui-ci l’a accusé d’employer « des méthodes de voyou ». association-associations-subvention-subventions-ministre-de-l-interieur-Laurent-Giovannoni-La-Cimade-plainte-centres-de-retention-Cimade-eric-besson-etat-etrangers-migrants-diffamation

« C’est quand même une conception assez particulière de mordre et de cracher en permanence sur la main qui vous nourrit. La , comme d’autres associations, reçoit des publiques à un niveau très élevé », a ajouté le ministre.

Et de poursuivre : « Le président de La Cimade m’a déclaré un jour dans ce bureau que l’aide aux étrangers en rétention représentait 25 % de ses activités et 75 % de ses revenus financiers, ce qui explique probablement une bonne partie de la tension actuelle ».

« J’ai été très choqué par les propos du secrétaire général », a déclaré Éric Besson au sujet des propos de Giovannoni qualifiant de « véritable bras d’honneur à la justice » la signature dimanche par le ministre du marché d’attribution de l’aide aux étrangers en rétention, alors qu’un référé doit être examiné mercredi par le juge des référés du tribunal administratif de Paris.

« On ne peut pas dire – ou alors il faut le prouver – qu’un ministre a utilisé « des méthodes de voyou ». De deux choses l’une : soit ce que j’ai fait est légal, auquel cas il ne peut pas utiliser ces propos, soit c’est illégal et il va falloir qu’il le prouve », a expliqué M. Besson à des journalistes dans son ministère.

« En tout cas, pour ma part, je suis décidé à ne pas accepter ces propos et j’ai demandé à l’avocat du ministère d’étudier si les propos incriminés relèvent bien, comme je le pense, de la et à ce moment-là, si c’est confirmé, si l’analyse juridique de l’avocat du ministère et du ministère de l’Intérieur est confirmée je porterai plainte », a-t-il dit.

Source : AFP

Pour en savoir plus :

Subventions publiques : La Cimade crie famine mais n’est pas prêteuse!

Centres de rétention et subventions : La Cimade pleure misère

Publié par Observateur le 11/05/09

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


  • Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.