Le 22/06/2009

Angoulême : Martin Hirsch promet des subventions

Le Haut-commissaire à la Jeunesse s’est déplacé en Charente samedi matin. Décontracté, le Haut-commissaire à la jeunesse aime arpenter la cité des Valois, même l’espace d’une rapide matinée. Avec une pointe d’humour, il n’hésite pas à rappeler qu’il était déjà présent il y a trois mois. Des amis, des actions et l’expérience du RSA l’attachent […]

Le Haut-commissaire à la Jeunesse s’est déplacé en Charente samedi matin. Décontracté, le Haut-commissaire à la aime arpenter la cité des Valois, même l’espace d’une rapide matinée. Avec une pointe d’, il n’hésite pas à rappeler qu’il était déjà présent il y a trois mois. Des amis, des actions et l’expérience du RSA l’attachent à ce département.

associations_subventionsLa première partie de sa visite s’est déroulée à l’Espace Carat à l’occasion de la 56e convention de la Jeune chambre économique. Devant ce parterre de jeunes chefs d’entreprises, le Haut-commissaire a rappelé les mesures appliquées depuis six semaines dans le cadre de sa politique sur la jeunesse. Des propositions qui, surtout, allègent le coût du des jeunes afin de favoriser leur venue sur le marché du .

« Ce n’est pas aux jeunes de subir les conséquences d’une dont ils ne sont pas responsables, a affirmé Martin Hirsch. Il ne s’agit pas d’inventer des choses nouvelles, mais avec le plan de 1,3 million d’euros de pouvoir abaisser le coût du travail pour que l’embauche des jeunes devienne plus facile. »

Au-delà des mesures et de la prochaine parution d’un vert qui présentera ces nouvelles sur le travail des jeunes, Martin Hirsch venait aussi pour visiter la plateforme RSA.

Rue des Acacias, la maison du RSA ouvre ses portes aujourd’hui. Il lui faudra bien quinze jours avant de se mettre complètement en route. Les demandeurs d’emplois n’auront plus de démarches à faire dans plusieurs institutions, elles se sont toutes regroupées en un seul lieu. Samedi, impossible également d’oublier Angoulême et la BD. « Je me suis levé tôt ce matin pour venir ici, a plaisanté Martin Hirsch en finissant son parcours à la . Toutes les parlaient de la ville et de son musée de la Bande dessinée. »

Redevenu sérieux, le Haut-commissaire s’est engagé à redonner au Festival de la bande dessinée l’ que le ministère de la Jeunesse lui a supprimé cette année.

« On me dit que c’est parce que votre festival est gros maintenant et donc qu’il n’en a pas besoin. Or la BD ce sont aussi des jeunes et des enjeux importants. Je n’en abuse pas souvent, mais là, c’est l’État qui s’engage à redonner la . » Subvention qui s’élevait à 50 000, 60 000 euros, rappelle le directeur du festival, Franck Bondoux, qui n’a pas poussé les portes de l’hôtel de ville par hasard ce matin-là.

Une condition néanmoins, ministère de la Jeunesse oblige, qu’un projet social et à destination des jeunes soit développé autour de la bande dessinée. « Et pourquoi pas imaginer le RSA, successeur du RMI comme héros de BD ! »

source: Sud-ouest

Publié par Rédaction le 22/06/09

Print Friendly

Articles relatifs


Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *