Le 04/09/2009

Handicap à l’école : l’Etat se défausse

En cette rentrée scolaire, le sort des auxiliaires de vie scolaire (AVS) et employés de vie scolaire (EVS), notamment ceux chargés d’accompagner les enfants handicapés dans les classes, est loin d’être réglé. Et l’annonce, mardi, de la signature d’une convention-cadre entre l’État et trois associations n’a pas suffi pas à rassurer ces bataillons de précaires […]

En cette rentrée scolaire, le sort des scolaire (AVS) et employés de vie scolaire (EVS), notamment ceux chargés d’accompagner les enfants handicapés dans les classes, est loin d’être réglé. Et l’annonce, mardi, de la signature d’une convention-cadre entre l’État et trois associations n’a pas suffi pas à rassurer ces bataillons de précaires de l’éducation .

luc chatel subventionEmbauchés dans le cadre d’emplois aidés, des milliers d’EVS et AVS ont vu, en effet, leur contrat se terminer à la fin de l’année scolaire 2008-2009. Avec pour seule perspective, le chômage. Bousculé par l’intense autour de leur situation, le Luc Chatel a fait voter, début juillet, un permettant à certains AVS – et seulement eux – de rester auprès des élèves qu’ils aidaient individuellement. Sa solution : faire porter ces emplois par le monde associatif qui bénéficierait, en échange, d’une de l’État.

Après d’intenses négociations, une convention-cadre a finalement été signée en ce sens, mardi dernier, entre le ministère et trois organisations (l’UNAPEI, le FG PEP et la FNASEPH). Selon ce texte, tous les AVS en fin de contrat et étant dotés de « compétences particulières » pourront être recrutés par l’une des trois associations et poursuivre leur mission auprès des enfants. « Cela va résoudre le problème de 1 200 AVS qui sont arrivés en fin de contrat cet été, estime le président de l’UNAPEI, Régis Devoldère. Mais cette décision prise dans l’ ne répond pas à toutes les . »

Loin de là. Car les AVS ne sont pas les seuls à accompagner les enfants handicapés dans les écoles. Quelque 5 000 EVS (sur les 30 000 en fin de contrat) avaient, eux aussi, une « mission AVS » auprès des enfants handicapés. Ils sont d’emblée exclus du dispositif. Reste, ensuite, à savoir quelles sont les « compétences particulières » exigées pour qu’un AVS puisse prétendre à une embauche dans l’.

Dans une première version de la circulaire d’application, seuls ceux ayant acquis des compétences auprès des enfants « autistes », « sourds », « aveugles » ou ayant des « difficultés respiratoires » étaient pris en par l’inspecteur d’académie, chargé de faire les listes. Si tel est le cas, cela ramènerait à seulement 500 le nombre d’AVS retrouvant un poste en cette rentrée, comme l’a dénoncé hier l’Association des paralysés de France.

Enfin, les craintes autour de la pérénité de la subvention de l’État ne sont pas levées. Selon les projets du ministère, son versement à l’association serait assuré tant que l’enfant a besoin de l’AVS. Si ce n’est plus le cas, plus de subvention. Et pour l’employeur, une seule issue : licencier pour raison économique un AVS embauché en CDI.

Dispositif transitoire

Bref, autant de raisons qui poussent le SNUIPP-FSU, dans l’attente de la de la circulaire définitive, à rester extrêmement vigilant. « Aucun personnel assurant ces fonctions auprès des enfants handicapés, qu’il soit AVS ou EVS, ne doit rester à l’écart du dispositif, estime Emmanuel Guichardaz, chargé des questions de handicap au . Et, de toute manière, ce dispositif ne peut être que transitoire. Seule une véritable professionnalisation de la fonction permettra d’assurer un accompagnement de qualité et pérenne. »

Selon l’UNAPEI, Luc Chatel aurait fait un pas dans ce sens, évoquant, pour la première fois, la création d’un métier pour l’accompagnement des élèves handicapés. Concrètement, le ministre aurait annoncé la mise sur pied d’un « groupe de » chargé de plancher sur la question. Pas vraiment rassurant.

source: l’Humanité

Publié par Rédaction le 4/09/09

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.