Le 29/10/2009

Plan Sarkozy pour l’agriculture: les inquiétudes de Jean Arthuis

Le plan de soutien à l’agriculture annoncé mardi par le président de la République n’est « pas de nature » à calmer les inquiétudes sur les finances publiques, a déclaré le président de la commission des Finances du Sénat, sénateur centriste de la Mayenne, Jean Arthuis. « C’est sûrement le bon moment pour apaiser l’angoisse des agricoles, mais […]

Le plan de à l’ annoncé mardi par le président de la République n’est « pas de nature » à calmer les inquiétudes sur les publiques, a déclaré le président de la des Finances du Sénat, sénateur centriste de la Mayenne, Jean Arthuis.

nicolas sarkozy agriculture« C’est sûrement le bon moment pour apaiser l’angoisse des agricoles, mais pas de nature à apaiser les inquiétudes que suscite le déficit public », a-t-il estimé.

Le plan annoncé mardi à Poligny dans le Jura prévoit le déblocage de 650 millions euros et doit être engagé d’ici à la fin de l’année, selon Nicolas Sarkozy. Il pourrait dès lors figurer dans la rectificative pour 2009 qui doit être adoptée d’ici à la fin de l’année. Selon le sénateur (UMP) de l’Oise Philippe Marini, rapporteur de la commission des Finances, le devra soit « annuler des crédits déjà prévus » dans le 2009 soit aggraver le déficit « si on considère que ce n’est pas important ».

Parmi les principales mesures du plan figurent la des intérêts d’ pour 2009-2010 pour les entreprises en difficulté (200 millions d’euros), des allègements de sur le pétrole et le (170 millions) et la bonification d’un milliard d’euros de prêts (60 millions). Également annoncé par M. Sarkozy, le remboursement de la carbone pour les agriculteurs (120 millions) était déjà prévu dans le projet de de finances 2010 actuellement discuté au Parlement.

source: le Point

Publié par Rédaction le 29/10/09

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


Par PRINCESSE, le 06/03/2010

Chaque année, les agriculteurs mettent en avant leurs difficultés et leurs problèmes. Sans nier l’évidence, il faut se demander à quoi aura servi l’UE depuis la création du marché commun agricole. La politique d’encourager la production (ou la destruction) par des primes européennes auxquelles s’ajoutent les primes propres à chaque pays est l’EMPECHEMENT majeur aux lois du marché.
Vous verrez, dans peu de temps, les pêcheurs se plaindre également puis ce sera….
On oublie trop aisément que la population veut acheter le moins cher possible : résultat, les distributeurs recherchent les produits les moins chers pour eux et qui leur permettront de conserver leurs marges, donc généralement dans d’autres pays que la France !
Réfléchissez braves gens ce qu’entraîne la recherche du moindre coût… C’est comme prendre le moins-disant pour des travaux : vous n’en avez que pour votre argent mais surtout pas la qualité ni le SAV…

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.