Le 23/11/2009

Hérault: nouvelle subvention pour Ryanair

Après la subvention pour l’implantation de Ryanair sur l’aeroport d’Agde, c’est au tour de la ville de Montpellier de subventionner la célèbre compagnie aérienne. Georges Frêche a donc annoncé que le conseil régional du Languedoc-Roussillon et de l’agglomération de Montpellier, deux collectivités qu’il préside, participeront au budget de promotion des liaisons assurées par Ryanair sur […]

Après la subvention pour l’implantation de Ryanair sur l’aeroport d’Agde, c’est au tour de la de Montpellier de subventionner la célèbre compagnie aérienne.

ryanair montpellier avion aidesGeorges Frêche a donc annoncé que le régional du Languedoc-Roussillon et de l’agglomération de Montpellier, deux collectivités qu’il préside, participeront au de promotion des liaisons assurées par Ryanair sur l’aéroport de Montpellier.

« Je rétablis les contributions antérieures autant au niveau de l’ que de la Région », a annoncé Georges Frêche à Midi Libre. Le président du conseil régional renonce donc, comme il était redouté, à baisser de manière drastique l’ financière qu’apportaient jusque-là les deux collectivités. « Si j’avais fait ça, je me serais tiré une balle dans le pied », analyse-t-il.

Et pour cause. L’aéroport de Montpellier aurait, du fait d’une diminution des de l’agglo et de la Région, pu perdre Ryanair. Motif : les aides à la promotion de ses liaisons aériennes conditionnent la présence de la compagnie à bas coût sur un aéroport. La société irlandaise pose en effet comme préalable qu’en amenant des touristes, les destinations qui les accueillent profitent de retombées économiques certaines. Pour Montpellier, Ryanair pèse ainsi quelque 230 000 passagers, soit un cinquième de la fréquentation de l’aéroport (qui totalise 1,2 million de passagers par an). En outre, les touristes qui débarquent de ses avions dépensent quelque 50 M€ sur place, une pour les commerces.

En contrepartie, la compagnie , du coup, aux collectivités de faire une bonne promotion de leur destination, en sur son site internet. D’où la nécessité de prévoir des chaque année. Habituellement, ces enveloppes d’aides sont présentées à la compagnie courant novembre, pour l’année suivante.

En 2009, le budget promotion avait frôlé, au total, 2,1 M€. Cette avait été alimentée par le conseil régional à hauteur de 586 000 €, ainsi que par l’agglo de Montpellier, le conseil général de l’Hérault, la ville de Montpellier et la communauté de communes de l’étang de l’Or.

Pour 2010, le budget, d’un à peu près équivalent, était donc en discussion. Il était demandé 530 000 € à la Région et autant à l’agglo. Mais les deux collectivités laissaient circuler l’idée qu’elles n’excluaient pas de ramener leur contribution au niveau de la part qu’elles détiennent chacune dans le capital de la toute nouvelle société aéroportuaire. Or, la Région n’en est actionnaire qu’à 6 % (alors qu’elle souhaitait détenir beaucoup plus) et l’agglo à 0,5 %. Résultat : l’aide versée pour 2010 par les deux n’aurait pas dépassé… 140 000 €.

La et d’industrie de Montpellier avait, en conséquence, décidé de prendre ce dossier à bras le corps, craignant que Ryanair ne quitte Montpellier. Michel Fromont, l’un de ses membres, devait ainsi rencontrer Georges Frêche le 6 novembre prochain. Hier, il se disait « soulagé ». Car, sans la compagnie irlandaise, la fréquentation de l’aéroport de Montpellier serait probablement tombée sous la barre du million de passagers… Ce qui l’aurait fragilisé. Georges Frêche a pris ce danger-là en , lui qui caresse aussi l’idée de créer un aéroport commun à Nîmes et Montpellier.

source: midilibre.com

Publié par Rédaction le 23/11/09

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


  • Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.