Le 25/01/2010

Ariège : subventions à l’ agriculture

Alors que les revenus des agriculteurs français ont chuté de 34 % en 2009 – faisant de surcroît suite à une baisse de 20% en 2008 – les Ariégeois négligeraient les aides auxquelles ils pourraient prétendre. La faute aux complications administratives ! Les subventions débloquées pour le département ne sont pourtant pas négligeables. En 2009, […]

Alors que les revenus des français ont chuté de 34 % en 2009 – faisant de surcroît suite à une baisse de 20% en 2008 – les Ariégeois négligeraient les auxquelles ils pourraient prétendre.

agriculture subventions ariegeLa faute aux complications administratives ! Les débloquées pour le département ne sont pourtant pas négligeables. En 2009, les allouées à l’Ariège sont de 370 000€ pour les allégements de et de 76 000€ pour les bonifications de prêts. Les aides liées à la sécheresse de l’été, pourraient elles, s’élever entre un et trois millions d’euros, suivant les demandes.

Et c’est bien là que le bât blesse: les agriculteurs rechignent à…demander. Car pour obtenir ces aides, il faut savoir saisir les opportunités et monter des dossiers. Or ils sont unanimes sur le sujet : « Nous avons le nez dans le guidon sur nos exploitations , avec beaucoup de difficultés et n’avons pas l’esprit suffisamment dégagé pour remplir les dossiers ». Et du coup, ils ne se pressent pas au portillon pour en bénéficier. Ainsi que l’explique Cédric Munoz qui élève des limousines à Montferrier : « C’est trop compliqué. Je m’en suis dégoûté. Il y a tellement de conditions différentes et de critères pour obtenir ces aides. Il faut savoir comment calculer les pertes de revenus, les pourcentages, etc. Et puis, il faut bien voir que ce n’est pas de l’argent que l’on nous donne mais des prêts qu’il faudra rembourser.» Cédric ne voit dans ces aides qu’une solution d’urgence pour ne pas sombrer dans un contexte de plus en plus difficile. « On n’arrive plus à raisonner sur le long terme. Ce qui marche un jour, peut s’écrouler le lendemain même, alors que vous avez commencé à investir…»

Afin d’y voir plus clair, la chambre d’ met en place des permanences destinées à accompagner les agriculteurs dans leurs demandes. Mais il faut aller vite. « La plupart des dossiers doivent être finalisés avant la fin du mois de février» souligne le président François Toulis qui explique que les aides peuvent même augmenter pour peu que l’on s’y attelle sérieusement. Et de donner en exemple la à l’herbe qui existe jusqu’en 2013 : «En 2009 , l’ attribuée à l’Ariège était de 300 00 €. Mais face aux 1 200 000 € de demandes, le département a plaidé pour une rallonge et a pu au final obtenir 845000 € pour l’année

source : www.ladepeche.fr

Publié par Rédaction le 25/01/10

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


Par LAWOUE, le 09/04/2010

je suis étudiant en agriculture au Benin et je veux développé mon intelligence dans tout les pays du monde précisément cher vous. je désiré prendre comme correspondent.

je suis titulaire d’un diplômé agricole

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.