Le 13/03/2010

Régions : le grand gaspillage

Gaspillage d’argent public dans les régions. Subventions à tout va, hôtels de région luxueux, investissements inutiles. Dans « Régions, le grand gaspi », Robert Colonna d’Istria, avec Yvan Stefanovitch, se penche sur la folie des grandeurs ou les errements des élus régionaux. Interview de Colonna d’Istria au Parisien (22.02.10). A vous lire, les régions sont […]

Gaspillage d’ dans les régions. Subventions à tout va, hôtels de région luxueux, inutiles.

Dans « Régions, le grand gaspi », Robert Colonna d’Istria, avec Yvan Stefanovitch, se penche sur la folie des grandeurs ou les errements des élus régionaux.

Interview de Colonna d’Istria au Parisien (22.02.10).

regions-grand-gaspiA vous lire, les régions sont de grandes machines à gaspiller. Pourquoi ?

Leur pouvoir réel, c’est essentiellement celui de dépenser.
Lorsqu’on les charge d’une action, elles n’ont que le pouvoir de distribuer l’argent, pas celui de décider quelle politique mener. Elles assument plutôt bien leurs compétences principales, comme pour les lycées, mais elles courent après leur identité. Étant les plus récentes des collectivités territoriales, elles se trouvent en compétition avec les départements et les grandes villes. Elles ont besoin d’affirmer leur identité et de marquer leur territoire en empiétant éventuellement sur celui du voisin puisque rien n’est interdit dans leur champ d’action.

Ne qualifiez-vous pas de « dérapages » des dépenses naturelles ?

Prenons les : les régions ont remis à niveau les voies ferroviaires secondaires. Elles ont acheté du matériel roulant très perfectionné et très coûteux. Mais les résultats sont très contrastés. Ainsi, dans le Limousin, les circulent presque à vide (28 voyageurs en moyenne par ). Une desserte par serait moins chère et tout aussi efficace. Mais ce n’est pas à la mode…

Pourquoi dire qu’elles sont fiscalement irresponsables ?

Communes, communautés de , départements, régions… Tout le monde tape dans le même pot fiscal, ce qui génère une sorte d’irresponsabilité vis-à-vis du contribuable. Les régions vivent surtout des dotations de l’État et sont poussées à la dépense pour la garder.

On a l’impression de relire le livre noir des régions UMP qui critique les exécutifs de gauche…

Les gaspillages n’ont pas d’étiquette. Gauche et droite sont souvent d’accord pour voter les dépenses. En Rhône-Alpes, UMP et PS votent d’une même main la rénovation du stade de foot de Lyon. L’Olympique lyonnais étant coté en Bourse, il n’a plus le droit de recevoir des . Le maire socialiste Gérard Collomb, comme le département dirigé par Michel Mercier, ministre centriste du gouvernement Fillon, ont trouvé une astuce : acheter des places par milliers. Au Sénat, l’un et l’autre avaient discrètement fait passer un amendement disant qu’un de a une mission d’intérêt général et qu’il est à ce titre subventionnable. Voilà un accord parfait droite-gauche pour gaspiller.

« Régions, le grand gaspi », Robert Colonna d’Istria et Yvan Stefanovitch, Ed. du Rocher, 19 €, 298 pages.

Publié par Observateur le 13/03/10

Print Friendly

Articles relatifs


Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *