Le 04/04/2010

116 500 euros pour l’aller-retour de Joyandet en jet

Alain Joyandet, le secrétaire d’État à la Coopération et à la Francophonie, s’est rendu en jet privé à la Martinique, les 23 et 24 mars 2010. Coût du voyage : 116 500 euros. Joyandet s’est déplacé à l’occasion de la Conférence internationale des villes et des régions du monde pour Haïti. La France était pourtant […]

Alain Joyandet, le secrétaire d’État à la Coopération et à la Francophonie, s’est rendu en privé à la Martinique, les 23 et 24 mars 2010. Coût du : 116 500 euros. Joyandet s’est déplacé à l’occasion de la Conférence internationale des villes et des régions du monde pour Haïti.

joyandetLa France était pourtant déjà représentée sur place par Marie-Luce Penchard, secrétaire d’État à l’Outre-mer.

Selon Mediapart, le secrétaire d’Etat est parti le 22 mars à 18 h 56 de l’aéroport du Bourget, près de Paris, à bord d’un Falcon 7X loué à la compagnie portugaise Masterjet (n° de vol LMJ 322). Il est revenu de Fort-de-France dans la nuit du lendemain, afin d’assister au conseil des .

Plusieurs compagnies, dont Air France, assurent des vols réguliers vers la Martinique.

On savait que Joyandet aime faire payer au son onéreuse passion pour le vélo, voilà-t-il pas qu’il réitère mais cette fois par , tel un Estrosi au meilleur de sa forme en 2008. Rappel :

Heureux qui, comme Christian, a fait un beau et coûteux voyage.

L’ancien secrétaire d’État à l’Outre-Mer, Christian Estrosi, avait modifié au dernier moment l’organisation d’un déplacement à Washington, le 23 janvier 2008, l’obligeant à louer un avion privé à 138 000 €.

Selon le Canard Enchaîné, il aurait tenu à participer à un réunissant à l’Élysée les sarkozystes de la première heure.

Ses services ont alors changé leur fusil d’épaule et loué en catastrophe un jet au départ du Bourget. Le ministre, « plein d’usage et raison » indéniablement, a présenté « toutes ses excuses » pour le coût de son déplacement. « On aurait sans doute pu faire autrement » a-t-il déclaré.

Estrosi et Joyandet sont loin d’être les seuls à avoir sévi en la matière. Vous pouvez retrouver tous les « débordements ailés » de leurs petits copains élus amateurs de jet, dans la rubrique « Qu’importe le Falcon pourvu qu’ on ait l’ivresse » du Livre noir des gaspillages de l’argent public.

Jean-Baptiste Leon

Publié par Observateur le 4/04/10

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


Par MAES BRUNO, le 04/04/2010

C’est tout simplement honteux de gaspiller notre argent , car oui il s’agit bel et bien de notre pognon que ces messieurs du gouvernement gaspillent, que l’on ne nous parle surtout pas de crise messieurs, commencez par montrer l’exemple

Par JM, le 06/04/2010

les pauvres apprécieront !!! rendez vous en 2012

  • Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.