Le 14/04/2010

Faute de subventions, l’association turque Elele met la clef sous la porte

L’association Elele-Migrations et Cultures de Turquie est en liquidation judiciaire. Les subventions publiques qui lui étaient versées jusqu’en 2009, ont été supprimées en 2010. Comme le constate Catherine Coroller, journaliste à Libération, « assez logiquement (sic), Elele vivait de subventions publiques ». Elele n’a pas reçu une subvention promise en décembre 2009 par le ministère de l’Immigration. […]

L’ Elele-Migrations et Cultures de Turquie est en . Les qui lui étaient versées jusqu’en 2009, ont été supprimées en 2010.

eleleComme le constate Catherine Coroller, journaliste à Libération, « assez logiquement (sic), Elele vivait de publiques ».

Elele n’a pas reçu une promise en décembre 2009 par le ministère de l’Immigration. Pour pouvoir verser les salaires de ses 9 salariés et ses 9 vacataires, elle n’a pas payé les charges sociales ni le loyer de son local depuis le début de 2010.

Résultat: 80 000 euros de . Jeudi 08 avril 2010, le a statué, et un liquidateur judiciaire a été nommé.

Un cas emblématique. Cette association n’a  sans doute pas eu l’idée de faire appel à l’aide et aux dons de ses membres et cotisants. Logique,  elle n’en a pas ou si peu, au regard des subventions qu’elle touche. Ces qui ne vivent que de l’argent du sont légion. Et nombre d’entre elles continuent pourtant de mordre la main qui les nourrit.

En 2009, l’association Elele-Migrations et Cultures de Turquie a touché

  • 125 000 euros en 2009 de la Direction de l’accueil et de l’intégration (Daic), qui dépend du ministère de l’Immigration.
  • 190 000 euros de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé) placé sous la tutelle de Fadela Amara, secrétaire d’État chargé de la .

En 2008, l’association a touché

  • 25 000 euros du ministère de l’Immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du  développement solidaire,  au titre du programme 104,« Intégration et accès à la nationalité française ».
  • 13 000 euros du ministère du Travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité, au titre du programme 137, « Égalité entre les hommes et les femmes ».
(Source : “Effort financier de l’État en faveur des associations”.)

En 2007, l’association a touché

  • 20 000 euros du ministère du Logement et de la – Programme 147 : « Équité sociale et territoriale et soutien ».
  • 11 000 euros du ministère du Travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité – Programme 137 : « Égalité entre les hommes et les femmes ».
(Source : “Effort financier de l’État en faveur des associations”.)

La raison de la suppression des subventions : désormais, le ministère de l’Immigration «prend en charge l’intégration des promo-arrivant jusqu’à 5 ans de résidence en France», selon la présidente de Elele, Gaye Petek.

Quant à Fadela Amara, «elle dit vouloir privilégier les crédits aux associations qui se trouvent au pied des tours comme si tous les immigrés vivaient dans des quartiers défavorisés et non sur tout le territoire, y compris les zones rurales».

Principaux champs d’action d’Elele (qui veut dire « mains » en turc) : l’accueil et le suivi des femmes turques victimes de violences mais aussi des cours de français, du soutien scolaire, des activités culturelles.

«Depuis 25 ans, nous défendons une vision globale de l’intégration, une culture du respect de l’autre, de l’échange qui sont aujourd’hui détruites par la vision négative et misérabiliste de l’ comme un “problème” que le gouvernement entretient, en encourageant ainsi la xénophobie», assure Gaye Petek.

En janvier 2010, l’Adamif (Association départementale pour l’ des et de leur famille), implantée dans le Loiret, avait mis la clé sous la porte.

Source : Hexagone, le blog de Catherine Coroller, journaliste à Libération.

Sujets connexes : 6 milliards de subventions pour la Turquie et  Le centre culturel des Alévis des Vosges 100 % subventionné ?

Publié par Observateur le 14/04/10

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.