Le 12/05/2010

Diminution des dépenses publiques ?

Nicolas Sarkozy a réuni lundi à l’ Elysée les syndicats et le  patronat . Sarkozy dément toute inflexion de sa politique économique vers l’austérité après l’annonce d’un gel de trois ans des dépenses de l’Etat. « Nous avons un objectif clair, celui de redresser nos finances publiques. C’était notre objectif avant cette crise financière et cela […]

Nicolas Sarkozy a réuni lundi à l’ Elysée les syndicats et le  . Sarkozy dément toute inflexion de sa vers l’austérité après l’annonce d’un gel de trois ans des dépenses de l’Etat.

sarkozy depense publique« Nous avons un objectif clair, celui de redresser nos . C’était notre objectif avant cette crise financière et cela le demeure. » « Nous devons mener non une de rigueur, mais une politique responsable, c’est un enjeu de crédibilité. »

Chômage partiel

Nicolas Sarkozy fait des choix précis quitte à agacer les syndicats. Les recourant au chômage partiel ou recrutant des jeunes en
alternance est prolongé. Selon le président, ces donnent des « résultats encourageants mais fragiles ». Nous ne pouvons risquer de les mettre en péril ».

Soutien au pouvoir d’achat des ménages

En revanche, le    » Zéro «  pour les très petites entreprises, les TPE est moins nécessaire selon Nicolas Sarkozy. Il estime qu' »elle a bien rempli son office au plus fort de la crise et est moins nécessaire avec l’amorce de la reprise depuis le quatrième trimestre 2009″. Cette aide, déjà prolongée de six mois, doit s’interrompre le 30 juin.

Par ailleurs les syndicats s’y attendaient mais les mesures exceptionnelles de soutien au pouvoir d’achat des ménages décidées en 2009 ne seront pas reconduites. Le met désormais l’accent sur le besoin de résorber les déficits publics. La sortie de crise se profile, il est donc temps d’engager le redressement des publiques

Syndicats mécontents

Les organisations syndicales sont inquiètes et pointent l’ augmentation du nombre de demandeurs d’emploi en activité réduite. Le leader de la CGT Bernard Thibault estime que l’austérité risque de faire repartir l’économie « dans le mur ». Pour la CFDT et François Chérèque, « ce sont les plus modestes qui en font les frais et il faut réussir la journée de mobilisation du 27 mai. »

Son homologue de la Bernard Van Craeynest estime que « dans le contexte actuel, on ne peut pas se permettre de relâcher l’effort en matière de soutien à l’économie en général, et aux plus défavorisés en particulier ». « J’ai peur que nous soyons confrontés à des crises successives qui méritent des dispositifs pour y faire face ».

source:  www.radiobfm.com

Publié par Rédaction le 12/05/10

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


  • Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.