Le 21/03/2011

Corruption à Bruxelles

Corruption à Bruxelles. Le Parlement européen vient d’ouvrir une enquête suite aux révélations du Sunday Times qui accuse trois eurodéputés de corruption. Pendant 8 mois, les journalistes de l’hebdomadaire britannique The Sunday Times ont contacté une soixantaine d’eurodéputés pour leur proposer 100 000 euros par an en échange d’amendements qu’ils pourraient faire adopter. 3 eurodéputés […]

Corruption à Bruxelles. Le Parlement européen vient d’ouvrir une enquête suite aux révélations du Sunday Times qui accuse trois eurodéputés de .

Pendant 8 mois, les journalistes de l’hebdomadaire britannique The Sunday Times ont contacté une soixantaine d’eurodéputés pour leur proposer 100 000 euros par an en échange d’amendements qu’ils pourraient faire adopter. 3 eurodéputés cités par le Sunday Times auraient accepté.

Ernst Strasser, eurodéputé autrichien membre du groupe du Parti populaire européen (PPE, droite) a démissionné dimanche à la demande du président de son parti en Autriche, le Parti populaire autrichien (OVP). Les justifications de l’ancien ministre de l’Intérieur ont en effet été jugées « creuses » par ses pairs.

Selon le Sunday Times, Adrian Severin (le troisième eurodéputé visé) a envoyé un courriel aux journalistes faux lobbyistes, disant: « Juste pour faire savoir que l’amendement que vous souhaitiez a été déposé à temps ». Peu après, il a envoyé une facture de 12 000 euros pour « services de conseil ».

L’ancien vice-Premier ministre roumain, Adrian Severin et Zoran Thaler sont tous deux membres du groupe socialiste du Parlement européen. Cité par Le Point, le président du groupe socialiste, l’Allemand Martin Schulz, a déclaré avoir demandé à rencontrer les deux élus « le plus tôt possible, afin d’écouter ce qu’ils ont à dire » car « un article n’est pas un jugement de tribunal ».

source: Le Post

Publié par Rédaction le 21/03/11

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs

Cet article est taggé dans: , , ,

Par dominique, le 22/03/2011

A propos de Loi européenne et de corruption: Terminé les remèdes de grand-mère, ça ne faisait pas assez d’argent aux labos pharmaceutiques.

L’accès aux plantes « nature » (non transformées en gélule à prix d’or) disparaît.

Dès le 1er avril prochain la directive européenne pour les produits à base de plantes médicinales traditionnelles (THMPD), décrétée le 31 03 2004, réglementera l’usage des plantes.
Suite à cette directive, les préparations à base de plante seront soumises au même processus d’agrément auquel doivent obéir les médicaments. Le coût de cette procédure, estimé de 90,000 à 140,000 € par plante, n’est accessible qu’aux plus grands laboratoires pharmaceutiques.

http://www.defensemedecinenaturelle.eu/

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.