Le 06/05/2011

Les retraites des faux préfets

Les retraites des faux préfets. Certains hauts fonctionnaires nommés préfets n’ont jamais exercé la fonction mais bénéficient pourtant de tous les avantages. Ces hauts fonctionnaires nommés préfets n’ont jamais exercé la fonction de préfet mais bénéficient pourtant de tous les avantages, dont une jolie retraite de préfet. Qui sont ces hauts fonctionnaires bénéficiant d’une retraite […]

Les des faux préfets. Certains hauts fonctionnaires nommés préfets n’ont jamais exercé la fonction mais bénéficient pourtant de tous les .

Ces hauts fonctionnaires nommés préfets n’ont jamais exercé la fonction de préfet mais bénéficient pourtant de tous les avantages, dont une jolie retraite de préfet.

Qui sont ces hauts fonctionnaires bénéficiant d’une retraite de préfet sans jamais avoir exercé la fonction ?

Parmi ces « faux préfets », on retrouve les députés et anciens ministres de François Mitterrand, Michel Vauzelle et Michel Delebarre.

Michel Vauzelle est avocat de profession et Michel Delebarre est cadre supérieur de collectivités locales. Ces 2 hauts fonctionnaires n’ont jamais exercé les fonctions de préfet. Ils avaient été nommés préfets, de manière discrétionnaire, par François Mitterrand, alors président de la République.

Le 28 avril 2011, Michel Delebarre a fait valoir ses droits à la retraite de préfet, à l’âge de 65 ans, tout comme l’avait fait le 15 août 2010 Michel Vauzelle, leur permettant ainsi de toucher une pension mensuelle de 4 000 euros brut, en plus de leurs indemnités de parlementaires et d’élus locaux : soit 15 124 euros brut pour Michel Delebarre et 9 760 euros brut pour Michel Vauzelle. Chacun touche en plus une indemnité représentative de frais de mandat de député de 6 000 euros net.

Quand ces 2 parlementaires décideront d’abandonner leurs mandats, ils pourront cumuler la totalité de leurs retraites de préfet, de parlementaire et d’élu local !

Michel Delebarre touchera ainsi 12 000 euros mensuels brut et Michel Vauzelle touchera 10 000 euros brut.

Le général de Gaulle avait mis fin à cette folie des « préfets fantômes » ou faux préfets mais l’arrivée de François Mitterrand à l’Elysée, en 1981, a relancé ce système de copinage. La nomination de préfets « en mission de service public relevant du gouvernement » était alors autorisée par un décret du 23 décembre 1982, à hauteur de 5 % de l’effectif budgétaire du corps des préfets.

Aujourd’hui, ce quota de  « faux préfets » autorisés représente 7 % des 236 préfets, soit 17 faux préfets. Ces préfets touchent ainsi 6 000 euros mensuels sans rien faire en attendant leur retraite, après avoir été nommés préfets hors cadre au bout de quelques mois…

Placé alors en détachement pour exercer son mandat, le préfet parlementaire (deux fonctions officiellement incompatibles selon la loi) ne reçoit plus de l’Etat qu’un tout petit salaire correspondant exactement au paiement de ses de retraite de préfet. Ce qui a été le cas de Michel Delebarre et de Michel Vauzelle pendant plus de 25 ans. De plus, en cas d’échec électoral, chacun d’entre eux pouvait coiffer sa casquette de préfet hors cadre et percevoir son salaire plein pot, sans être affecté en poste dans un département.

De 1982 à 1995, François Mitterrand a ainsi nommé près d’une soixantaine de préfets en mission de service public. Parmi eux, dix-sept étaient issus des corps de sous-préfets et administrateurs civils. Agés d’au moins 60 ans, ces vieux serviteurs de l’Etat partaient en retraite quelques mois après leur nomination. La deuxième partie de ces préfets en mission de service public (une quarantaine) était en quasi-totalité des membres du PS, des élus de ce parti et des amis ou proches de Mitterrand. Parmi cette quarantaine de privilégiés, les élus ont le droit de cumuler aujourd’hui cette retraite de préfet en mission (4 000 euros en moyenne) avec toutes leurs autres pensions liées à leurs mandats électoraux et des emplois privés.

Ce système des faux préfets a également prospéré sous Jacques Chirac, y compris lorsque Lionel Jospin était Premier ministre, permettant ainsi de toujours pouvoir recaser ses amis pour des missions bidons.

Nicolas Sarkozy n’a pas mis fin au système et en a fait bénéficier son ami Brice Hortefeux. Selon un décret pris lors du Conseil des ministres du 27 avril 1995, Hortefeux a été nommé préfet, chargé d’une mission de service public relevant de l’action du gouvernement.

Les contribuables vont continuer à payer encore longtemps les retraites des faux préfets

source : France Soir

Publié par Rédaction le 6/05/11

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


Par BROUTIER, le 06/05/2011

c’est de l’escroquerie pure et simple,avec abus de confiance et détournement de faux .au vu de ces agissement tous ses hauts fonctionnaires devraient immédiatement faire un remboursement au trésor public de trop perçu.
bien attendu avec une très forte ammende.
en plus une comdanation de prison pour tous ces voleurs de l’argent public.
sur ce cela sert strictement a rien de donner nos impressions.
les francais sont trop froussard de ce révolté
contre ce gourvernement et les autres à venir.
broutier

Par CHER, le 06/05/2011

Une association regroupant des retraités percevant des pensions modestes pourrait peut-être porter l’affaire en justice sous forme de referé.

Par PIERRE ALAIN BESNARD, le 06/05/2011

Il est probable que la mention de la date du décret pris en Conseil des Ministres le 27 Avril 1995 (figurant dans l’avant dernier paragraphe de l’article) est erronée. Merci de bien vouloir la rectifier.

Par Georges, le 06/05/2011

Je connaissais les faux Gendarmes… Maintenant les faux Préfets !

Par Materne Guy, le 06/05/2011

Si les français étaient moins cons …. J’en ai tellement marre que je souhaite l’arrivée rapide de l’islam !

Par Jacques KIMPE, le 06/05/2011

Je comprends ces réactions face à ce qui pourrait être des passes droits et choquer. Pour M. VAUZELLE, avocat c’est surprenant Pour M. DELEBARRE Il était administrateur territorial. Directeur général de Lille.
Je rappellerai qu’il existe des passerelles entre les fonctions publiques, territoriale, d’Etat et Hospitalière. Un préfet peut devenir DG d’une grande collectivité territoriale.Un administrateur,éventuellement Hors Classe, peut intégrer le corps préfectoral. C’est la loi. Pour ce qui concerne le « Tour extérieur » il est vrai que le choix politique est alors déterminant.
Les nominations aussi contestables soit-elles sur le plan déontologiques sont en général conformes à la loi dont on peu effectivement se demander si elle n’est pas,par moment, en contradiction avec les principes républicains
Quant aux cumul de retraites,c’est, me semble-t’il un autre débat. Peut-on, en démocratie, interdire à un retraité de la fonction publique ou non de se présenter aux élections ?

Par Martine, le 06/05/2011

Toutes ces histoires de cumuls et de passe-droits, cela commence à faire beaucoup. La république des copains et coquins, ça fatigue…J.M.

Par Rédaction, le 06/05/2011

@PIERRE ALAIN BESNARD : la date est correcte ; il s’agit bien du 27/04/95

Par henri, le 06/05/2011

Honteux des trucs pareils ….
Marre d’être pris pour des cons !

Par ifeelfree, le 07/05/2011

Ce sont nous les cons ! Oui on est cons car on devraient en sachant cela , tous descendre dans la rue pour exiger qu’ils le rendent cet argent et tout de suite et les déchoir de la nationalité française pour escroquerie envers la peuple.

Par GUILLOU, le 09/05/2011

Quelle politique honteuse ! ! ! Marine Le Pen serait elle capable de supprimer toutes ces fantaisies si elle était Présidente ? A mon avis non .

Par MICHEL R., le 14/05/2011

J’ai honte en tant que Socialiste de voir de pareilles agissements. Vivement la prochaine révolution, il y a encore des bastilles à prendre.

L’on prétend donner des leçons de démocratie à d’autres peuples, mais que faisons nous chez nous?

Par dorlane, le 26/05/2011

DÉGEULASSE , il n’y a pas d’autres qualificatif ; je souhaite que cette situation apparaisse lors des prochaines élections .

Par monique m, le 17/08/2011

les français ne veulent pas voir ce qui se passe chez eux les médias devraient dénoncé tous cela au lieu de tourner en boucle sur des faits divers . au prochain vote je ne sais pas pour qui voter je suis révoltée de tant d’injustice dans mon pays j’espère que les français se réveilleront

  • Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.