Le 29/08/2012

Et si la culture de l’économie nous était contée….

Avec les huitièmes Dossiers du Contribuable, le spectacle « des folies de la culture bobo » nous entraîne dans les coulisses de la culture française épinglée à plusieurs reprises par la Cour des comptes qui dénonce cette dérive des fonds publics au service « d’une culture à la française » qui engloutit chaque année plus […]

Avec les huitièmes Dossiers du Contribuable, le spectacle « des folies de la culture bobo » nous entraîne dans les coulisses de la culture française épinglée à plusieurs reprises par la Cour des comptes qui dénonce cette dérive des fonds publics au service « d’une culture à la française » qui engloutit chaque année plus de 15 milliards d’euros (fonds de l’Europe, de l’Etat et des collectivités locales).

Quelques exemples, le projet pharaonique de la Philharmonie de Paris, une salle de concert de 2400 places et annexes qui doit s’ouvrir en 2014, voit son budget déraper tous les ans. En 2006 son estimation était de 203 millions d’euros, six ans plus tard celui-ci s’est envolé à 336,5 millions d’euros.

Le nouveau département des arts de l’Islam au Louvre et son toit en forme de tapis volant des contes orientaux coûtera au contribuable la modique somme de 32 millions d’euros.

Le musée des Civilisations d’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) à Marseille est passé d’une sardine à une baleine puisqu’en 2001 le devis initial était inférieur à 100 millions d’euros alors qu’aujourd’hui il dépasse les 160 millions d’euros.

La Cour des comptes appuie là où ça fait mal. Entre 2000 et 2010, les crédits de l’Etat alloués aux 37 musées nationaux ont augmenté de 58%, pour dépasser les 500 millions d’euros.

Depuis la création du ministère de la Culture en 1959 qui marque le début de la mise sous perfusion de « l’exception à la française » les finances de l’Etat subventionnent tout et n’importe quoi. « Même la merde d’artiste est devenue muséale ! » nous dit l’académicien et professeur au Collège de France, Marc Fumaroli qui ne décolère pas contre l’avilissement du mot « culture ».

On parle de culture d’entreprise, de culture rock, pop, rap, de culture de banlieue, et si la culture de l’économie nous était contée….

Association des contribuables de l’intercommunalité d’Aubagne.

Sources : Les dossiers du contribuable n° 8 « les folies de la culture bobo »

Où l’acheter : chez votre marchand de journaux

Le commander : www.contribuables.org

Le site de l’Association des contribuables de l’intercommunalité d’Aubagne.

 

Publié par Rédaction le 29/08/12

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs

Cet article est taggé dans:

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.