Le 25/02/2013

Les subventions de la mairie de Paris en forte hausse

Entre 2000 et 2011, les subventions de la Mairie de Paris aux associations ont connu une hausse de 52,2 %. Les associations proches de la gauche se servent dans le budget de la Ville. Elle est un fléau à la Mairie de Paris, Bertrand Dela­noë l’a contractée, c’est la subventionnite aiguë ! Pour preuve, aujourd’hui […]

Entre 2000 et 2011, les subventions de la Mairie de Paris aux associations ont connu une hausse de 52,2 %. Les associations proches de la gauche se servent dans le budget de la Ville.

Les subventions de la mairie de Paris en forte hausseElle est un fléau à la Mairie de Paris, Bertrand Dela­noë l’a contractée, c’est la subventionnite aiguë ! Pour preuve, aujourd’hui au Conseil de Paris, une délibération sur deux sert à attribuer des subventions. M. le Maire a cédé au clientélisme des associations amies. Et les ré­sultats sont accablants…

Quand Bertrand Delanoë prend les rênes de la Mairie en 2001, le budget pour les associations est de 133 millions d’euros. Dix ans plus tard, il est monté à 203 millions et fut même de 290,5 millions d’euros en 2007. Cette politique dite de soli­darité se ressent sur la dette de la ville de Paris qui est passée de 1 milliard en 2001 à 2,9 milliards d’euros en 2011.

Le site de la Ville de Paris recense 2 200 associations ayant reçu une subvention en 2011. Cette liste apparemment inof­fensive révèle bien des outrances. Afin de rendre le processus de distri­bution plus opaque, l’obtention des subventions est décidée lors d’une multitude de délibérations, qui se font par arrondissement ou par action. Théâtres, centres culturels, expo­sitions… Les associations culturel­les sont les plus consommatrices de subventions avec 94 millions d’euros en 2011. Le seul budget culture de la Ville de Paris était de 370,8 millions d’euros en 2009 contre 227,3 millions en 2000 pour la municipalité Ti­béri.

Sous Delanoë, la politique culturelle s’illustre par de grands coups de com’ via un dispendieux gigantisme, type Paris Plages ou Nuit blanche. Un exemple : la Maison de la Mé­tallurgie. Fer de lance des lieux culturels alternatifs, cet établisse­ment, via son association Comité des métallos, a reçu 18 500 euros en 2011. Le PS y a ses habitudes, de nombreuses réunions de militants s’organisent dans l’établissement. La réouverture du site en 2007 avait nécessité une remise en état des lieux pour 13,5 millions d’euros. Après la rénovation, elle a connu des problèmes immobiliers (dé­gâts des eaux dans le hall d’en­trée, descellement d’éléments de façade…). De plus, l’association sera rapidement défici­taire de 250 000 euros en 2009. La subvention annuelle de 2 millions d’euros de la Ville de Paris étant consommée à 90 % par les charges de person­nel… Ce projet n’a jamais été viable et la Mairie se décharge de toute responsabilité : « La Maison des Métallos a souffert d’une gestion qui a manqué de rigueur et de professionnalisme » ont déclaré les représentants de la Ville. Pourtant Gérard Paquet, l’ancien directeur de l’association n’était pas un dé­butant. Il avait fondé et dirigé le festival de Châteauvallon (Var) pendant trente­ deux ans.

Au nom du multiculturalisme, le Maire Delanoë a décidé de construire, pour 22 millions d’euros, l’Institut des cultu­res d’Islam (ICI), installé rue Po­lonceau et rue Stephenson dans le XVIIIe arrondissement. Ce centre comprendra des espaces dédiés à la culture et deux salles de culte. A l’occasion des prières, les salles culturelles pourront recevoir des fidèles, ce qui, chacun en convien­dra, constitue une infraction à la loi sur la laïcité… L’Association des musulmans de l’ouverture (AMO) devra, en principe, rembourser 6 millions d’euros, somme destinée à financer le lieu de culte. Or cette association n’est aujourd’hui pas en mesure d’aligner le moindre centime malgré les voya­ges de son représentant en Iran ou en Libye… En 2011, le Conseil de Paris a versé à l’ICI 682 200 euros et 75 000 euros pour son local.

Les associations antiracistes, soutenues par le PS sont, elles aussi, l’objet de la générosité des Parisiens. SOS Racisme a reçu 235 000 euros en 2011, la Licra 40 500 euros le MRAP 20 000 euros… Les subventions aux associations de migrants comme France terre d’asile et La Cimade se sont en­ volées à l’occasion des printemps arabes. La Mairie avait débloqué 1,5 million d’euros pour loger des Tunisiens, notamment dans le très chic VIIIe arrondissement…

Côté sport, les associations ne sont pas en reste. Le très fortuné Max Guazzini, intime de Bertrand Delanoë, a reçu 235 000 euros en 2011 pour son club de rugby, le Stade Français. Jusqu’à l’arrivée des Qa­taris au PSG, la Mairie versait un million d’euros de subventions annuel­les au club de football. Elle s’est contentée cette année de donner 170 000 euros à la Fondation PSG.

Le personnel municipal n’a pas à se plaindre lui non plus. Le Maire gâte ses fonctionnaires… pour avoir la paix. L’AGOSPAP (Asso­ciation pour la gestion des œuvres sociales des personnels des ad­ministrations parisiennes) a reçu 7 874 000 euros en 2011, 8 millions en 2010. Et pourtant, les grèves s’enchaînent… Encore une fois, est­-ce aux contribuables pari­siens de financer ces largesses ?

Une centaine d’équivalents temps plein travaillent à la Ville à instruire des demandes de subvention, pour un coût total estimé à plus de 4,2 millions d’euros, selon le rapport de l’Inspection générale de la Ville de Paris de 2009.

Pierre Bergerault

Commandez sans attendre notre tout dernier dossier
sur notre site entièrement sécurisé en cliquant ici !

(68 pages, 4.50€ frais de port inclus)

Publié par Rédaction le 25/02/13

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs

Cet article est taggé dans: , , ,

  • Par RV, le 29/04/2013

    Bonjour

    Pas un seul commentaire publié depuis le 25 février 2013 ?
    Politique du gestionnaire du site ou désintérêt général des visiteurs pour cet article ?

    A la lecture de votre article en forme de réquisitoire je retiens que la Mairie de Paris met le paquet dans la culture que ce soit pour des manifestations « capitales » ou pour des associations de quartier, et, je m’en félicite, c’est tout de même préférable à la suppression de subventions à la culture comme c’est pratiqué par certaines municipalités !

    Je reviendrais voir si vous publiez ce commentaire et combien de temps il sera affiché . . . juste pour mon information personnelle . . .

    Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *