Le 20/06/2013

Chasse au gaspillage au Havre

Depuis plusieurs années, la ville du Havre fait la chasse au gaspillage en maîtrisant ses dépenses. Avant même la suppression de la taxe professionnelle, Le Havre ( Seine-Maritime) s’était engagé dans une politique de réduction des dépenses. Le Havre investit aujourd’hui 60 millions d’euros par an, et son autofinancement s’élève à 30 millions d’euros. La […]

Depuis plusieurs années, la ville du Havre fait la chasse au gaspillage en maîtrisant ses dépenses.

Chasse au gaspillage au HavreAvant même la suppression de la taxe professionnelle, Le Havre ( Seine-Maritime) s’était engagé dans une politique de réduction des dépenses. Le Havre investit aujourd’hui 60 millions d’euros par an, et son autofinancement s’élève à 30 millions d’euros.

La ville du Havre a commencé sa politique de réduction des coûts en 2005, en créant une direction des Marges de manoeuvre, chargée de traquer les économies dans le fonctionnement des services municipaux et de chercher des ( mécénat et subventions).

Dès 2009, tous les services ont été priés de réduire de 3% leur budget chaque année. Les élus du Havre participent également à cet effort de réduction des dépenses et de chasse au gaspillage. Ainsi, 3 adjoints se partagent une secrétaire et aucun n’a de voiture de fonction à sa disposition ( quelques chauffeurs sont mis à disposition de tous les élus afin d’éviter les abus).

Le Havre a également réduit de 40 % la consommation d’eau en mettant en place un système de gestion des fluides. La chasse au gaspillage ne s’est pas arrêté là puisque la ville du Havre a vendu 3% de son patrimoine immobilier en 3 ans, économisant ainsi charges d’entretien et frais d’assurance.

La chasse au gaspillage du Havre est un exemple à suivre pour toutes les municipalités.

source: Le Point

Publié par Rédaction le 20/06/13

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs

Cet article est taggé dans: ,

Par Richard C., le 22/06/2013

Quel bel exemple! et merci de nous informer de cette bonne nouvelle.
Ceci démontre, s’il en était besoin, qu’une gestion intelligente n’est pas utopique, même en France, ce dont nous commencions à douter…

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.