Le 10/10/2013

Subvention de 50 000 euros pour l’ aéroport de Dole

Une subvention de 50 000 euros a été accordée à l’aéroport de Dole ( Jura) par les délégués communautaires du Grand Besançon. Afin de renforcer l’accessibilité de son territoire, le Grand Besançon a décidé d’allouer une subvention de 50 000 euros à l’aéroport de Dole. Cette subvention est destinée au développement de l’Aéroport Dole Jura, […]

Une subvention de 50 000 euros a été accordée à l’aéroport de ( Jura) par les délégués communautaires du Grand Besançon.

Subvention de 50 000 euros pour l' aéroport de DoleAfin de renforcer l’accessibilité de son territoire, le Grand Besançon a décidé d’allouer une subvention de 50 000 euros à l’aéroport de Dole. Cette subvention est destinée au développement de l’Aéroport Dole Jura, dont la fréquentation est en constante augmentation ( objectif de 65 000 passagers en 2013).

Les élus EELV ont décidé de voter contre la subvention de 50 000 euros à l’ aéroport de Dole, estimant que cet aéroport ne correspondait pas aux besoins réels de mobilité quotidienne de la population:  « On ne peut pas d’un côté claironner œuvrer en faveur de la transition énergétique et de l’autre continuer de soutenir l’aéroport de Dôle-Tavaux. Il serait préférable de réaffecter ces subventions aux transports en commun pour baisser les tarifs aux usagers ou encore améliorer les lignes ferroviaires (…) Subventionner des lignes aériennes à bas coûts, c’est offrir des voyages à bas coûts à des personnes plutôt favorisées. Les élus EELV ne cautionnent pas le modèle économique et social pratiqué par les compagnies aériennes à bas coûts où les conditions de travail sont dégradées. Nous rappelons que la compagnie Ryan Air vient d’être condamnée le 2 octobre pour avoir enfreint le droit du travail, car les salariés de Marseille étaient sous contrat irlandais…. » explique Benoit Cypriani, élu EELV.

Avec cette subvention à l’aéroport de Dole, les élus EELV crient au gaspillage d’argent public: « Nous faisons le pari que, dans moins de 10 ans, les transporteurs low-cost auront quitté les petits aéroports de province tels que Dijon et Dôle, laissant sur nos bras des équipements vides » ( voir Ryanair quitte la Corse).

source: macommune.info

Publié par Rédaction le 10/10/13

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs

Cet article est taggé dans: ,

Par richard C, le 12/10/2013

par principe je suis contre EELV.
Contre la transition énergétique.
Bref! je constate que l’avion ne nécéssite pas de routes, d’éoliennes ni de lourdes infrastructures. 50 000€ à comparer aux millions gaspillés en tramay, autolib et autres « déplacements doux »

  • Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.