Le 02/04/2014

Le système français des subventions au cinéma

Dans son rapport sur les subventions au cinéma, la Cour des comptes note que l’évolution récente a surtout consisté en une forte hausse des aides publiques.

Dans son dernier rapport consacré aux subventions au cinéma, la Cour des comptes observe que l’évolution récente a principalement consisté en une augmentation très forte des ( +88 % au cours de la dernière décennie, soit 4 fois plus que les dépenses de l’État), sans remise en cause ni révision du modèle, et sans que les résultats obtenus permettent d’en attester aujourd’hui la complète pertinence.

Le système français des subventions au cinémaSubventions publiques au cinéma en forte hausse

Le système français est unique en Europe par l’ampleur des aides publiques, la diversité des soutiens indirects et l’étendue du cadre réglementaire. Il est pour l’essentiel mis en œuvre par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC, voir www.contribuables.org/2012/09/24/le-centre-national-du-cinema-une-usine-a-gaz-qui-en%C2%ADrichit-des-nababs/), financé par des taxes affectées et dont les objectifs sont:

– d’«assurer une présence forte des œuvres cinématographiques et audiovisuelles françaises et européennes, sur notre territoire et à l’étranger, et pour cela apporter un soutien à caractère économique à l’ensemble des acteurs des filières concernées» ;

– de «contribuer à la diversité et au renouvellement de la création et de la diffusion».

Les aides du CNC sont complétées par des subventions des collectivités territoriales et des dépenses fiscales, et par un encadrement juridique de certaines dépenses et recettes, publiques ou privées ( obligations d’investissement des diffuseurs, chronologie des médias par exemple).

Le total des taxes affectées au CNC est passé de 440 M€ à 750 M€ entre 2002 et 2012 (+70%). Dans le même temps, la dépense fiscale, très dynamique, est passée de 19M€ à 145 M€.

Étroitement régulé, le modèle de préfinancement qui caractérise notre système a permis au cinéma français de continuer à produire
un nombre important de films (270 en 2012) et des œuvres reconnues. Mais il présente des risques d’essoufflement en raison de la tendance à l’augmentation des coûts de production et de distribution des films, et à la réduction de la place des films français sur les écrans des salles de cinéma et des chaînes de télévision.

La Cour des comptes constate de ce fait une concentration des dépenses sur les films à budget élevé, qui sont précisément à l’origine des tensions inflationnistes du secteur. L’évolution à la hausse des coûts de production est également alimentée par des pratiques qui nuisent à la transparence des conditions de financement: frais mis en participation, modalités de rémunération des artistes- interprètes sous forme de droit à l’image ( voir La Cour des comptes dénonce les salaires occultes des acteurs).

source: Cour des comptes

Publié par Rédaction le 2/04/14

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs

Cet article est taggé dans: , ,

Par phaléne, le 03/04/2014

L’avenir industriel de la France serait-il cinématographique qu’il faille ainsi l’arroser au détriment des autres secteurs industriels? J’ai peine à croire que nos gouvernants y croient, alors pourquoi??

Par patriote, le 22/05/2014

La belle pyramide occulte est bien choisie comme illustration.

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.