Le 15/09/2014

Le scandaleux train de vie de la direction du Théâtre national de Bretagne

Dans un rapport, la chambre régionale des comptes de Bretagne pointe du doigt le train de vie de la direction du Théâtre national de Bretagne.

Dans un rapport, la chambre régionale des comptes de Bretagne pointe du doigt le et la gestion douteuse de la direction du Théâtre national de Bretagne.

Le scandaleux train de vie de la direction du Théâtre national de Bretagne

La chambre régionale des comptes (CRC) de Bretagne a épluché les comptes et la gestion du Théâtre national de Bretagne (TNB) de Rennes ( Ille-et-Vilaine) entre 2009 et 2012. La chambre régionale des comptes dénonce notamment les pratiques financières de la direction du TNB. D’après le rapport de la CRC, le Théâtre national de Bretagne a dépensé 163 078 euros en frais de réception, de mission et de déplacement en 2009. En 2012, ces dépenses se sont élevées à 129 082 euros. A comparer avec les frais de réception et de déplacement du Théâtre national de Bordeaux Aquitaine, géré par une régie privé, qui étaient compris entre 28 190 euros et 31 840 euros par an entre 2009 et 2012. La CRC pointe du doigt le manque d’encadrement et de maîtrise de ces dépenses.

Selon le rapport de la Cour régionale des comptes, la direction du Théâtre national de Bretagne dispose de 5 cartes bleues sans aucun plafond de dépenses. Le directeur du Théâtre national de Bretagne François Le Pillouër et son directeur délégué Laurent Parigot en possèdent 2 et ne regardent pas à la dépense. En 2011, ils ont claqué pas moins de 50 000 euros avec ces 2 cartes bleues, sur les 90 000 euros de frais totaux pour l’année.

Françoise Rubion et Yannick Le Gargasson, du groupe Parti de gauche au conseil municipal de Rennes, ont réclamé la démission du directeur du Théâtre national de Bretagne. »Il ne peut être toléré que des structures bénéficiant de soient confiées à des personnes aussi peu scrupuleuses de l’utilisation de ces fonds », ont ainsi déclaré les élus du Parti de gauche.

Un avis que ne partage pas Nathalie Appéré, maire PS de Rennes: « Sur le plan financier […], les observations de la chambre restent inappropriées ». Rappelons que François Le Pillouër avait envoyé des mails de propagande aux 14 000 abonnés du Théâtre national de Bretagne pour faire la promo de Nathalie Appéré lors de la campagne pour les municipales.

Le Théâtre national de Bretagne a reçu 140 000 euros de subventions de la communauté d’agglomération Rennes Métropole en 2011 et en 2012.

source: lepoint.fr

Publié par Rédaction le 15/09/14

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs

Cet article est taggé dans: , ,

Par SCI dilocoque, le 16/09/2014

Enfin!!! un peu de justice dans ce milieu de la mafia culturelle rennaise;il était temps depuis que cela perdure.!Maintenant à la justice d’enqueter pour que nos impots soient distribués à tous ceux qui en ont besoin!

Par dailly, le 16/09/2014

j’aimerai aussi, qu’un jour, on se penche sur le scandale SACEM.
son train de vie (salaires, avantages en nature), ses « tarifs »
un vrai bon dossier, bien instruit, à disposition de tout public

Par Vernet, le 16/09/2014

J’ai lu avec intérêt cet article mais souhaitais cependant faire une remarque concernant l’emploi de l’anglicisme « mail ». En effet, il serait plus correct d’utiliser « courriel », largement répandu sur les sites internet français et employé quotidiennement dans la presse francophone internationale. Serait-il donc possible de l’employer également dans vos prochains articles ? Cela améliorerait indéniablement la qualité de langue et aurait donné dans le cas présent la phrase suivante :

« Rappelons que François Le Pillouër avait envoyé des courriels de propagande aux 14 000 abonnés du Théâtre national de Bretagne (…). »

L’anglicisme est à éviter dans tous les cas, ce pour plusieurs raisons :

1) Il est condamné par tous les organismes traitant de la langue française, de l’Académie française à l’Office québécois pour la langue française. Même Le Petit Robert recommande de l’éviter (mention ANGLIC. devant sa définition).

2) Il ne respecte aucunement les règles de prononciation de notre langue car il devrait normalement rimer avec rail, bail ou émail, ce qui n’est pas le cas.

3) Il fait double emploi avec courriel, qui est maintenant largement répandu dans les pays francophones d’Europe. À tel point que d’innombrables étrangers l’emploient également sur leurs versions en français, comme on peut le constater sur des centaines de milliers de sites internet anglais et allemands :
https://www.google.fr/#q=site:.de+courriel
https://www.google.fr/#q=site:.uk+courriel

De même, attention à la place de l’adjectif ! En effet, contrairement à l’anglais, l’adjectif se place presque toujours en français après le nom. Il aurait donc été préférable d’écrire le titre de l’article comme suit :

Le train de vie scandaleux de la direction du Théâtre national de Bretagne

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.