Le 27/06/2015

Retraites : un possible financement du terrorisme

Le Comité national de lutte contre la fraude a décelé un nouveau type de fraude aux pensions de retraite.

Source : Le Figaro

Les terroristes se financent-ils aussi grâce aux ? Peut-être bien… Le Comité national de lutte contre la fraude relève en effet l’essor d’un nouveau type de fraude aux pensions de retraite «en plein développement» qui inquiète les autorités françaises. «Tracfin a décelé l’existence de circuits de blanchiment ayant pour support des comptes de collectage de prestations attribuées à des personnes physiques résidant à l’étranger», explique Bercy.

Comment cela fonctionne-t-il? Les pensions de retraite versées tous les mois par la Caisse nationale d’assurance-vieillesse (Cnav) à certains retraités sont ensuite virées sur le compte d’un tiers. Ce dernier peut moissonner plusieurs dizaines, voire une cinquantaine, de comptes de retraités. Cette technique a été découverte «à l’occasion d’investigations menées dans le cadre du dispositif anti-blanchiment de capitaux et de lutte contre le financement du », indique Bercy, sans préciser les sommes en jeu.

Selon nos informations, le phénomène a concerné 570 assurés en 2014 sur plus de 13 millions de retraités. Les personnes visées résident surtout à l’étranger, principalement dans les pays du Maghreb, mais aussi en France. À la suite des signalements par Tracfin, la Cnav tente de s’assurer que les assurés sont bien vivants. S’ils sont morts, la fraude est avérée. Dans le cas contraire, la Cnav ne peut pas les empêcher de continuer de verser leurs pensions sur le compte d’un tiers. Le contrôle de l’utilisation frauduleuse ou non des sommes en jeu est alors du seul ressort des autorités judiciaires.

Des comptes domiciliés à l’étranger

Leur tâche est difficile. Les titulaires des comptes peuvent retirer l’argent en liquide, quand certains virent les sommes vers des comptes domiciliés à l’étranger. D’autres, encore, financent ainsi leurs gros achats dans des domaines divers et variés. Loin du terrorisme, Tracfin liste ainsi «la production et commerce de céréales, le commerce de gros d’équipements et d’automobiles, le négoce de produits alimentaires et textiles».

Mais comme le souligne Michel Sapin, «il y a souvent une similitude de techniques dans la fraude banale et dans la fraude qui permet de financer le terrorisme». Et le ministre d’en conclure qu’«il est donc absolument nécessaire de faire le lien (entre différents services, NDLR) pour être efficace».

Publié par Rédaction le 27/06/15

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs

Cet article est taggé dans: ,

Par reiller, le 28/06/2015

Miracle! C’est un miracle: on va peut- être vérifier que les retraités étrangers sont vivants avant de leur verser leur pension ad vitam aeternam. Enfin dans 10 ans ,peut-être… mais il fallait passer par le terrorisme pour cela!

Par @ GRIGRI, le 28/06/2015

Il y a un moyen bien simple de vérifier que les titulaires de pensions résident à l’étrange sont toujours vivants. il consiste à demander à ces personnes de se présenter en personne dans les différents consulats français établis dans ces territoires.

Par reiller, le 29/06/2015

Nous sommes d’accord ,c’est un minimum; mais qui n’a jamais été mis en œuvre. Cela dit se faire passer pour un autre est facile, si le consulat n’a pas de moyen de vérification sérieux.

Par jtitus1, le 30/06/2015

C’EST SIMPLE TOUS LES RETRAITES ÉTRANGERS AU DESSUS DE 80 ANS ON BLOQUE LES RETRAITES ET ON LEUR DEMANDE D’ALLER VOIR LE CONSULAT et ON L’INTERROGE SUR SON DOSSIER comme font les gendarmes..

Par reiller, le 30/06/2015

Au dessus de 80 ans on est souvent malade, hospitalisé,…Pas si simple que cela d’aller se présenter au bureau de contrôle!

Par Louis COURTILLE, le 17/07/2015

Et avant cela s’assurer que ces fonctionnaires des consulats et ambassades de France ne sont pas déjà au service de la grande secte avec pour mission de favoriser toutes les magouilles possibles. Vous avez ceux du consulat de France à Douala par exemple , qui sont corrompus de chez corrompus, accordant des visas sur des dossiers avec faux passeports, faux actes de naissance….en toute connaissance de cause ….et gratuitement!

Par Louis COURTILLE, le 17/07/2015

Où avez vous vu que ces bons à rien de pandores faisaient ce travail de contrôle?

Par reiller, le 19/07/2015

Toute cette discussion montre que la solution n’est pas à l’étranger mais en France, il faudrait donc que les retraités étrangers soient soumis à une obligation de preuve de vie annuelle auprès de leur caisse de retraite, pas facile à imaginer si l’on doute des services de l’état du lieu de retraite.
Mais puisqu’il parait difficile de revenir sur cette mesure absurde, car payer quelqu’un à l’étranger l’est toujours, que l’on donne au départ un pécule (on sait le faire pour les petites retraites) et le problème sera réglé.

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.