Le 28/03/2013

Enquête sur cette folie très coûteuse et très française des ronds-points

Plus de 40 000 ronds-points ont été construits en France, un record mondial. Coût moyen d’une installation « ornementée » : 1 million d’euros. Extrait en exclusivité des Dossiers du Contribuable "Réquisitoire contre les dépenses inutiles des maires", avril 2013 - 68 pages, 4€50.

Plus de 40 000 ronds-points ont été construits en France, un record mondial. Coût moyen d’une installation « ornementée » : 1 million d’euros.

Extrait en exclusivité des Dossiers du Contribuable « Réquisitoire contre les dépenses inutiles des maires », avril 2013 – 68 pages, 4€50.

Une tour eiffel à Sains-en-Gohelle ( Pas-de-Calais)Vue du ciel, la France ressemble à un immense champ de taupinières. Jadis, on disait que tous les chemins mènent à Rome.

Aujourd’hui, ils conduisent à des ronds-points qui renvoient vers d’autres ronds-points après un passage obligé sur une série de ralentisseurs. Campagne, rase-campagne, banlieue, ville, village, centres commerciaux… Aucun endroit n’échappe à la folie des giratoires.

En France, c’est une idée fixe. Rares sont les conducteurs qui ne se sont pas demandé pourquoi on avait planté un rond-point en pleine cambrousse. Et si cette motte de ciment ne servait pas d’abord à enrichir les entreprises de BTP locales?

« Ce soupçon est légitime, explique Bernard Darniche, ancien champion automobile et président de l’association Citoyens de la route. Lorsque les conducteurs ne saisissent pas la justification d’un équipement, ils se demandent à qui sa construction profite. Au lieu de créer des échangeurs, efficaces et bien acceptés par les usagers, comme au
Japon, on a préféré multiplier des giratoires freinant la mobilité, parfois sans justification».

( Ci-dessus, à gauche, Une Tour Eiffel à Sains-en-Gohelle, Pas-de-Calais).

CertuComme les ralentisseurs, un autre mal national, ces dispositifs se succèdent à un rythme délirant, certains étant même situés à des endroits où il n’y a pas d’embranchement ! Nés en 1906 dans l’esprit d’Eugène Hénard, inspecteur des travaux de la Ville de Paris, afin de réguler la circulation en ville, les giratoires ont commencé à gagner nos provinces dans les années 1970. Depuis, comme les radars et les « gendarmes couchés », ils ont envahi le territoire.

( Le Certu, « centre d’études sur les réseaux,les transports, l’urbanisme et les constructions publiques », recense les giratoires).

Le grand alibi de la sécurité routière

« C’est un carrefour dangereux où il y a eu des morts : il n’y avait pas d’autres solutions… » Combien de fois cet argument a-t-il été utilisé pour justifier la construction d’un rond-point à un endroit où un simple renforcement de la signalisation eût suffi ? C’est ce prétexte qui fait tourner les bétonneuses depuis plus de 40 ans !

« J’étais dans ma voiture, j’arrive sur une place… Je prends le sens giratoire… Emporté par le mouvement, je fais un tour pour rien… Je me dis : “Ressaisissons-nous, je vais prendre la première à droite”. Je vais pour prendre la première à droite : sens interdit. Je me dis : “C’était à prévoir… Je vais prendre la deuxième”. Je vais pour prendre la deuxième : sens interdit. Je me dis : “Il fallait s’y attendre ! Prenons la troisième”. Sens interdit ! Je me dis : “Là ! Ils exagèrent !…

Ce sketch « Le plaisir des sens » écrit en 1957 par l’humoriste Raymond Devos connut un regain de popularité dans les années 1980. Il témoignait de l’effroi ressenti par des millions d’automobilistes devant le décret du 6 septembre 1983 sur les carrefours giratoires. Du jour au lendemain, il fallait faire l’inverse de ce qu’on avait appris dans les auto-écoles : refuser le passage aux véhicules venant de droite !

L’émergence de la priorité à gauche a suscité des sinistres. Beaucoup de sinistres. Les conducteurs freinaient à l’abord des giratoires en continuant à donner des coups de patin une fois à l’intérieur. Censés fluidifier la circulation, les ronds-points finirent par la figer.

( A droite et ci-dessous à gauche, « Le plus beau rond-point de France » sur le thème des fables de La Fontaine à Château-Thierry, Aisne).

Rond-point chateau-thierrySous l’ère Mitterrand, les technocrates furent contraints de repenser les normes initiales en augmentant leur circonférence, en doublant le nombre de voies entrantes… Grâce à ces aménagements, selon une étude du Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (Certu) d’avril 2009, le nombre d’accidents recensés sur ces anneaux a augmenté moins vite que le nombre de giratoires construits.

Le taux d’accidents par an et par équipement est passé de 0,129 à 0,057. Dans la plupart des cas, la sinistralité sur un giratoire est réduite à un seul véhicule impliqué contre deux dans le cas d’un croisement. Cette accidentologie élective a été préjudiciable aux véhicules légers, aux motos et aux cyclomoteurs, notamment avec
un taux de gravité très élevé (9 %) pour les motards contre 5 % pour les autres types de véhicules.

« Le problème, et il concerne tout le monde dans les ronds-points, c’est qu’il y a beaucoup de personnes qui ne savent toujours pas les prendre, constate la fédération des Motards en Colère, le pire étant les personnes d’un certain âge qui pensent “priorité à droite” et qui s’arrêtent dans le milieu ». Sans oublier les déversements de gasoil, les gravillons…

Un nouveau rond-point tous les trois jours

perigueux Rond-point  laïciteEntre 1984 et 1994, plus de 10 000 ronds-points ont été construits en une dizaine d’années, soit presque un tous les trois jours ! Estimés à 30 000 au début des années 2000, selon les chiffres fournis par le Certu, ils sont aujourd’hui plus de 40 000. Certains départements comme l’Ain en alignent plus de 400 !

La construction de ces taupinières géantes a un coût : de 500 000 € pour une version basique, à plus d’un million pour les modèles « ornementés ». Au total 20 milliards d’euros ont été dépensés pour leur construction, les coûts se répartissant entre la chaussée (environ 40 %), la décoration (30 %), les trottoirs (25 %) et la signalisation (5 %) sans compter l’achat des terrains, particulièrement onéreux en zone péri-urbaine.

( Ci-dessus, à gauche, Le maire PS de Périgueux, Michel Moyrand a inauguré un « Rond-Point de la Laïcité » en décembre 2012.)

Rond-point  vernouilletA qui profite le crime ? A des élus locaux peu soucieux de l’emploi des deniers publics quand il s’agit de montrer à leurs administrés qu’ils prennent les problèmes de sécurité routière à cœur, quitte à construire des équipements superflus. Aux grands groupes du BTP car les giratoires sont des équipements à forte marge. Ils font vivre une foule de gens : cimentiers, électriciens, artistes décorateurs, fleuristes sans oublier les architectes, les ingénieurs et tous ceux qui édictent les normes pour mieux les modifier. Et la construction de ces équipements peut occasionner des dessous de table.

Si 1 million d’euros est nécessaire à l’aménagement d’un modèle de «prestige», c’est sans compter les quelques mallettes de billets remises ici et là. Selon Jean Montaldo (« Chirac et les 40 menteurs », Albin Michel, 2006) leur implantation aurait longtemps servi à remplir la caisse des partis politiques, dont le RPR. Des experts locaux ont aussi été soupçonnés d’encaisser des gratifications sous la forme de « primes de technicité » afin d’encourager la multiplication des giratoires.

( Ci-dessus à droite, l’aménagement paysager du rond-point de Vernouillet, voir 270 000 euros pour un rond point à Vernouillet).

Dérives mégalomaniaques

La fusée de Tintin sur un giratoire de la ville de Chabeuil dans la DrômeQu’il y ait des giratoires dangereux, c’est dommageable, mais des giratoires dangereux, disproportionnés et dont l’esthétisme de supérette est financé avec l’argent public, c’est trop. Partout en France, les maires ne se gênent pas pour bâtir ce type d’équipement aux atours mégalomaniaques, surtout quand ledit rond-point est financé pour une bonne part par le département, la région et l’Etat.

Contacté, sans résultat, par Les Dossiers du Contribuable, Eric Alonzo, auteur d’un livre sur l’architecture des giratoires, estime que les ronds-points doivent être des « révélateurs » du paysage local.

( Ci-contre, à droite, la fusée de Tintin sur un giratoire de la ville de Chabeuil dans la Drôme.)

Le paysage local ? Si les communes modestes se contentent de fleurs ou d’arbustes, certains maires ont versé dans le burlesque : soucoupes volantes, cassoulet géant, Tour Eiffel, personnages métalliques soulevant une nacelle de camion, faux bateaux échoués, clown jouant du violon, tête de bœuf flottant au sommet d’un pot-au-feu, mammouths stylisés, danseuses, personnages de BD, éoliennes, figures allégoriques de la laïcité, coquilles d’huîtres géantes signalant la proximité de la côte : l’argent public est gaspillé pour nourrir les plasticiens en cour auprès des élus locaux.

rond pointCette folie des giratoires a atteint un niveau tel que des concours de ronds-points sont organisés. En 2012, Château-Thierry (Aisne) a ainsi remporté pour la deuxième fois le prix du plus beau rond-point de France, organisé depuis 2008 par «Matériel et Paysage», la revue des paysagistes. La ville de Jean de La Fontaine a damé le pion aux 30 autres communes candidates, parmi lesquelles Évian, Bitche, Trouville-sur-Mer ou Royan.

( A droite, une saucisse de Strasbourg géante en équilibre sur une bouée rouge, à Montpellier… Cette œuvre de l’artiste Alain Jacquet (1939-2008), posée sur un rond-point devant la faculté des sciences, s’intitule « Hommage à Confucius » et représente « le 1 et le 0 du langage binaire » (sic). Ce « machin » a été installé en 2000 par l’inénarrable Georges Frêche, dans le cadre d’une commande publique.)

Parfois, les ornementations font tellement grimper la note que les contribuables se révoltent. C’est notamment le cas à Vernouillet (Yvelines) où une association locale proteste contre la construction d’un giratoire (rond-point de Médan) décoré par des spirales métalliques constitués de carcasses creuses…

« Cet aménagement “paysager” a été inscrit au budget 2012 pour la modique somme de 271 819 euros soit 91,63 euros par foyer fiscal imposable », peste l’un des responsables de ces contribuables révoltés. « Même subventionné à hauteur de 180 000 euros, c’est toujours de l’argent public qui sort de notre poche ».

( A gauche, « Le Pouce », œuvre monumentale – six mètres, quatre tonnes- du sculpteur César (1921-1988), est l’empreinte du doigt de l’artiste. Propriété de la Ville
de Marseille, il a été installé en 1994 au milieu du rond-point Pierre Guerre, devant le Musée d’Art Contemporain. La pièce est aujourd’hui estimée à plus d’1 million d’euros.)

Fronde également à Saint-Cyprien, dans les Pyrénées-Orientales. Dans cette ville proche du littoral et de la banqueroute, où l’endettement atteint 4 145 euros par habitant, un des quinze ronds-points que compte la commune avait coûté près de 700 000 euros voici quelques années, dont 140 000 euros pour le seul éclairage.

Des soupçons ont pesé sur la régularité de cette opération, menée par l’ancienne équipe municipale. Un autre épisode se profile : le nouveau maire de « Saint-Cyp » veut à son tour jouer les démiurges de la chaussée publique. Il envisage de financer un second rond-point (dit « des tomates ») sur une bretelle de la RD 22 reliant la commune à la nouvelle route Perpignan/ Le Boulou.

«C’est aberrant», s’insurge Patrick Cheguillaume, président de l’Association de défense des contribuables de Saint-Cyprien. « La passation de trois marchés publics de travaux d’aménagement du giratoire figure même dans les décisions du conseiller municipal du 26 novembre 2012, avant l’approbation de la convention ! Et pour des sommes significatives : 553 000 euros au total. Les maires changent, la gabegie continue ! ».

( Ci-dessus, à droite, une chaise géante à Hagetmau dans les Landes.)

Il n’y a pas que dans les Pyrénées-Orientales que la fronde gronde contre les dérives ornementales des ronds-points. C’est aussi le cas à Vigneux (Essonne), ou des élus (de gauche), se battent contre l’aménagement jugé dangereux d’un carrefour pour un coût évalué à 2 € par habitant.

Autre exemple, à Barlin (Pas-de-Calais), où l’édification d’un rond-point  de 600 000 euros suscite la colère de contribuables selon lesquels le simple réaménagement de l’intersection aurait permis à la Ville et au Conseil général d’économiser plus de 500 000 euros !

( Ci-dessus, à gauche, Une soucoupe volante sur le « rond-point de l’Espace » à La Haye-Fouassière, près de Nantes. C’est l’architecte de l’usine LU, située non loin du giratoire, qui en a eu l’idée. Le décor qui s’illumine la nuit a coûté 800 000 francs en 1993, financés en partie par la biscuiterie.)

Autre commune où les citoyens l’ont mauvaise, Haleine dans l’Orne : au lieu-dit « La Reinière », sur la route du Mont-Saint-Michel, le Conseil général a décidé de construire un haricot central de près de 50 000 euros pour réduire la vitesse alors qu’une simple chicane aurait était préférable.

« Résultat, les conducteurs ne ralentissent pas et on a dépensé 48 000 euros d’argent public pour rien », s’insurge Patrice Pottier, un contribuable courroucé d’Haleine.

Toutes ces légitimes colères pourraient bien se voir soldées lors des municipales de mars 2014 afin que les maires trop dépensiers ne puissent pas faire… un nouveau tour de rond-point électoral !

Article extrait des Dossiers du Contribuable n°12 « Réquisitoire contre les dépenses inutiles des maires » – en  kiosque le 29 mars –, Dossiers consacrés aux gaspillages de l’argent public dans les villes et les intercommunalités.

Commander en ligne le numéro 12 des Dossiers du Contribuable (68 pages, 4€50) : www.contribuables.org

 

Publié par Rédaction le 28/03/13

Print Friendly

Articles relatifs

Cet article est taggé dans: ,

  • Par dan, le 29/03/2013

    les conducteurs qui clignotent à gauche, puisqu’ils tournent à gauche….. C’est bien le sens giratoire du rond-point, non ?
    Mais ils sortent vers la droite en continuant à clignoter à gauche….
    J’ai encore vu un de ces abrutis cet après-midi.
    Finalement ils tournent à droite pour y entrer et à droite pour en sortir…. Le clignotant à gauche devrait être réservé à ceux qui ont raté la sortie et font un tour supplémentaire.
    Le code de la route impose d’utiliser le clignotant pour informer les autres usagers, non pour les tromper.

  • Par salom, le 26/04/2013

    Il n’y a pas que les ronds points mais aussi les pavés de trottoirs achetés en Inde dans toute la banlieue parisienne.

  • Par Bruno Mary, le 04/08/2013

    Je suis d’accord à 200% avec votre article « Enquête sur cette folie très coûteuse et très française des ronds-points ».
    C’est un scandale de gaspillage des fonds publics.
    Dans mon village (1500 hab), on vient d’en installer 6 : le maire les a justifiés en disant que ce n’était pas la commune qui payait (mais le département) !!!
    Mais pourquoi ne faites-vous pas circuler une pétition nationale contre ce gaspillage ?
    Merci de votre action !

    Par Bernard, le 07/08/2013

    Sans compter la pollution et la surconsommation ! Un véhicule doit être relancé entre deux de ces « ouvrages », c’est là qu’il consomme le plus et que par voie de conséquence il pollue le plus.
    Mais cette surconsommation est peut être bien organisée quand on connait le montant des taxes sur les carburants.

    Par Georges Bally, le 11/08/2013

    Ce que l’on ressent face à ces abus, c’est qu’il faut supprimer les mairies. Elles font double emploi avec les communautés de commune, et la plupart du temps, les maires et adjoints n’ont pas les compétences.
    La bonne volonté ne remplace pas le savoir faire, et l’époque de la nécessité de proximité de la mairie est révolu.
    Les métropoles Paris Lyon, Marseille ont des maires d’arrondissement, celà évite de tels abus.

    Par Dany, le 25/08/2013

    Je pense que tout le gouvernement doit être mis sur une grande arche puis au milieu de l’ocean retirer le bouchon, c’est tout ce que ces clowns mérites

    Par zimmer, le 21/10/2013

    C’est vrai que nous sommes champion du monde de ronds points , de fiscalité , de repression , .A ce jour l’automobile est la poule aux oeufs d’or de l’état , quelque soit le parti , ils ne savent plus quoi inventer pour nous racketer car c’est du racket . J’ai fait du déplacement pendant env 25 années FRANCE-EUROPE j’ai arreté mon boulot que j’aimais cause trop de monde sur les routes , trop de harcelement des forces de l’ordre , trop de radards , trop de ronds ponits……….et on nous parle se sécurité oui pour nos portes monnaies , J’ai beaucoups de choses à dire et à écrire sur ce sujet. Partout en france on supprime des pointillés de dépassements et sont remplacés par des lignes continues , Chaques natinales ou departementales proches d’un autoroute n’a pas d’amenagements(voies de dépassements) j’écourte , car j’aurai beaucoup à dire . Ma conclusion : plus ils nous pourrissent les routes (etat des routes , ronds-points, radars, …….) plus nous sommes tentés de prendre l’autoroute qui n’est pas gratuit bientot reduction des vitesses. J’ai vraiment envie de m’acheter une voiture sans permis et faire un doigt à tout ces penseurs d’idées

    Par Srinivas, le 14/01/2014

    En Inde, pays considéré comme « arriéré » par les bourgeois européens, on supprime les ronds-points installés par les British : sa

  • Par BOULET, le 24/01/2014

    Bravo pour cet article
    Il est très réaliste. Il faut inviter les automobilistes à intenter des actions judiciaires contre les mairies qui réalisent des équipements non conformes aux lois. Il est vrai que les mairies responsables remboursent les réparations causées sur les véhicules lorsque leurs dos d’âne sont irrespectueux du décret de 1994.
    Une pétition serait la bienvenue sur le sujet des ronds points.
    Les budgets diminuent pour l’entretien des routes nationales et départementales (moins 30% pour 2013) peut-être aussi pour réduire la vitesse, mais non le nombre d’accidents… et bien sur inviter les conducteurs à utiliser les autoroutes hors de prix…

    Par coser, le 11/04/2014

    Bonjour à tous,
    Je vous invite à contempler le mini pseudo rond point place falguière paris 15e, surtout au passage du bus 95 !
    Un carrefour ordinaire, priorité à droite, ferait mieux l’affaire !

    Par Werner, le 04/06/2014

    Ils nous gavent avec leurs rond-points ces cons, il doivent avoir des contrats avec les fabriquant de pneus, combien j’en ai jeté qui auraient pu encore faire bien des kilomètres si les flancs n’étaient pas ravagés à cause des ces ronds points…dans ma région, c’est le pompon , il y en a partout, là ou on a du mal à se faire croiser deux smarts, il mettent des rond-points, et allez, et vla les rond-points; un cercle peint au sol et basta, les impôts augmentent de 15% et tout le monde (ou presque!) est content ! surtout les assureurs et les dépanneurs, il n’y a jamais eu autant d’accidents que depuis l’installation des ces rond-points sur certaines routes, surtout les super ronds points faits en 12 minutes montre en main, ceux qui savent pas que c’est un rond point foncent alors bonjour les coups de freins ! Et ces abrutis de la gestion des infrastructures routières ont le culot de dire que c’est pour fluidifier la circulation! y’a vraiment des coups de poing américain qui se perdent ! qu’il se les gardent leur rond-points a la cons peu importe ce qu’ils peuvent y mettre pour faire « joli »,même si ils y mettraient des strip-teaseuse, j’en aurait rien à foutre quand même, c’est une plaie !

    Par http://astouric.icioula.org/, le 08/11/2014

    Pourquoi l’État s’entête-t-il à « criminaliser » les petits excès de vitesse et construire des ronds-points et d’autres aménagements discutables alors que la vitesse inadaptée n’est « que » la troisième cause de mortalité sur les routes, loin derrière l’alcool et la somnolence ? Réponse (à faire connaître): « La politique de Sécurité-Spectacle des radars, ronds-points et ralentisseurs ». Étude gratuite sur « meslivres2. com » à cette adresse http://astouric.icioula.org/

    Par Christophe, le 11/11/2014

    Bon Bonjour… Concernant les giratoires en France leurs objectifs étant de limiter l énergie cinétique ou un véhicule poids lourds aurait à 80km/h une force restituée de 1100 tonnes !!!
    Un giratoire en véhicule léger se prend en 2ème à une vitesse de +ou-30km/h…!!!
    Je me tiens à votre entière disposition concernant plus amples renseignements..
    Christophe.

  • Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *