Le 14/06/2011

Naissance de l’ association des contribuables de Roquebrune-sur-Argens

Roquebrune-sur-Argens (Var). L’ Association citoyenne des contribuables roquebrunois ( ACCR) est née. L’ avis de création de l’ association est paru le 4 juin 2011 au Journal officiel. Vous retrouverez les coordonnées de cette association de contribuables dans notre page dédiée. Josette Mimouni, la présidente de l’ Association citoyenne des contribuables roquebrunois, nous explique pourquoi […]

Roquebrune-sur-Argens (Var). L’ Association citoyenne des roquebrunois ( ACCR) est née. L’ avis de création de l’ est paru le 4 juin 2011 au Journal officiel. Vous retrouverez les coordonnées de cette de contribuables dans notre page dédiée.

Josette Mimouni, la présidente de l’ Association citoyenne des contribuables roquebrunois, nous explique pourquoi elle a voulu la création de cette association.

 » Lorsque nous sommes dans la vie active, certains faits portés à notre connaissance nous agacent, nous révoltent, nous indignent, et souvent nous disons : cette fois-ci, trop c’est trop, il faut réagir.

Et à chaque fois, nous sommes happés par le quotidien, la vie professionnelle, la maison, les enfants, surtout lorsque l’on a la chance d’être une femme, et nous nous disons : je ferai cela lorsque je serai dégagée de mes activités professionnelles et que les enfants auront grandi. Nous devenons adhérents de Contribuables Associés, et nous signons toutes les pétitions pour nous donner bonne conscience.

Le jour de la libération du travail, si l’on veut continuer à se regarder dans la glace, le temps est venu de passer à l’action et de faire taire ce criquet dans notre tête qui nous rappelle nos bonnes résolutions.

Nous choisissons de venir nous installer dans le sud de la France, séduits par les paysages magnifiques de Roquebrune-sur-Argens, commune du Var de plus de 10 000 habitants composée de trois quartiers : le Village, la Bouverie, les Issambres.

Quand on a été directeur financier, il est clair que le premier sujet vers lequel vont ses préférences, ce sont les finances, ne serait-ce que pour voir s’il y a une bonne adéquation entre les impôts locaux que nous payons et les prestations, les services, fournis par la municipalité. Nous nous impliquons dans la vie associative, adhérons aux associations de défense de l’environnement, au comité de sauvegarde de notre quartier et nous découvrons, non sans tristesse, que le décor de carte postale n’est pas si idyllique que cela.

Pourquoi ? Tout simplement parce nous sommes dans le Var, et que le Var ressemble à s’y méprendre aux Bouches-du-Rhône qui a défrayé les chroniques il y a quelques semaines, et que contrairement à ce que nous pensons, les heures les plus noires du Var ne sont pas du passé mais perdurent. C’est ce qu’avait essayé de dénoncer Yann Piat, tuée le 25 février 1994, parce qu’elle pointait du doigt les choquantes collusions entre le milieu politique varois et le monde des affaires.

Tout est sous contrôle, les services de l’État défaillants ou complaisants, la presse locale est sous influence, le clientélisme fait rage, et les passe-droit sont légion.

Grâce à un sursaut citoyen, un collectif se crée pour donner à la population de l’information, la vraie information, sous couvert de l’anonymat bien sûr, car les menaces ne sont même pas voilées, un blog voit le jour, une association dénonce une urbanisation irraisonnée, une catastrophe écologique, et la chape de plomb commence à se fissurer, c’est le début de la libération de la parole et vous vous dites : « Je ne peux pas laisser passer ce train, il faut que j’apporte ma pierre à l’édifice en mettant mon expérience au service de l’intérêt général » .

Vous trouvez des gens qui partagent le même idéal, et vous créez une association de contribuables pour mettre en œuvre les articles 14 et 15 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 (DDHC), parce que la fiscalité locale de votre quartier explose (entre +15 % et 24%, selon les cas), que la dette par habitant est trois fois supérieure à la moyenne nationale, que vous vous dites qu’ayant eu la chance de connaitre le plein-emploi, les Trente Glorieuses, vous êtes un privilégié parce que vous avez une retraite même si elle n’est que de 55 % de votre salaire d’activité et que la moindre des choses, puisque vous en avez maintenant le temps, c’est de vous investir pour que l’avenir de vos petits-enfants ne s’assombrisse pas davantage.

Et surtout parce que vous en avez assez de n’entendre parler que de corruption, de collusion, d’oligarchie, de privilèges, d’abus de bien sociaux. Il faut que cela change, et cela changera si nous nous en donnons les moyens. Un des moyens est de créer une association capable de demander à tout agent public l’usage fait de ses deniers, et de participer par nos actions à la moralisation de notre pauvre France, qui de toute évidence n’a rien à envier à nos voisins de l’autre coté de la méditerranée.  »

Josette Mimouni

Association Citoyenne des Contribuables Roquebrunois

237, impasse des Celtes, Les Issambres, 83380 Roquebrune-sur-Argens

Courriel : Contribuablesroquebrunois@gmail.com

Site  Internet : www.contribuablesroquebrunois.com

Publié par Rédaction le 14/06/11

Print Friendly

Articles relatifs


  • Serge

    Bravo zezette et bon courage

  • http://www.libera.it ness

    nous faudrait enfin en france, un regroupement national de toute « association/fondation » de bien et oeuvrantes pour l’intérêt général, pour une nouvelle appélation, serait genre « Comité Vigi-concitoyens Constitutionnelle » + aurait pour effet socio-terrain, de monté un dossier sur chacun des fonctionnaire, occuperait poste au sein de nos territoires est si défaillant, serait porter sur le bureau de juridiction de compétence due moment ainsi qu’escompte recherchée, faire en sorte que le mérite et chose, change enfin de par l’application terrain de notre constitution que céssassion d’ impunisme chronique au mépris de la nation française, elle souveraine. Ness