Le 12/05/2009

Associations : les subventions les plus délirantes

Subventions aux associations. Clientélisme oblige, certaines ont des miettes, d’autres un pactole. Instructif et parfois hilarant. « Associations. Mieux vaut faire du judo à Levallois que du foot à Nouméa » Presque 60 milliards d’euros. Des joueurs de boules de Dunkerque à Médecins sans frontières, en passant par les anciens du lycée Charlemagne, à Paris, 1,1 million […]

Subventions aux associations. Clientélisme oblige, certaines ont des miettes, d’autres un pactole. Instructif et parfois hilarant.

subvention-subventions-association-associations-levallois-perret-patrick-balkany-viviane-tchernonog-etat-communes-fonds-publics-bercy-Contribuables-Associes-ministere-des-finances-Association-pour-le-logement-du-personnel-des-administrations-financieres-education-plein-air-finances-Association-pour-la-gestion-des-tickets-restaurant-des-administrations-financieres-Levallois-Sporting-Club

« Associations. Mieux vaut faire du judo à Levallois que du foot à Nouméa »

Presque 60 milliards d’euros. Des joueurs de boules de Dunkerque à Médecins sans frontières, en passant par les anciens du lycée Charlemagne, à Paris, 1,1 million d’associations françaises brassent, ensemble, près de 3 % du PIB, soit une somme quasi équivalente au produit de l’impôt sur le revenu. Tel est le bilan qui ressort de l’étude menée par Viviane Tchernonog, chercheuse au CNRS.

Outre les 14 millions de bénévoles, 1,9 million de personnes sont salariées dans ces structures, pour un équivalent temps plein dépassant pourtant à peine le million. Bienvenue dans ce monde de temps partiels et de contrats précaires, qui tranche avec « la mission d’insertion du monde associatif», ainsi que le note la chercheuse.

De l’Etat à la , les assurent la moitié des ressources de ces structures. C’est d’autant plus vrai dans le secteur social, qui accapare près de la moitié des (21 milliards d’euros). Il est vrai que, au fil du temps, le secteur associatif s’est vu transférer un nombre croissant de missions de service public.

Clientélisme oblige, toutes les « assoces» ne sont pas logées à la même enseigne. Concrètement, mieux vaut faire du sport à Bercy ou du judo à Levallois que du foot à Nouméa ! C’est une Régie des quartiers qui s’offre le record de la plus petite miette : 100 € de annuelle ! Ridicule comparé aux faramineux 182 € empochés par le Secours populaire français, ou à l’astronomique cagnotte de 210 € qui va à la Fédération calédonienne de football – à peine de quoi acheter le ballon.

Dans son petit livret,« Subvention aux associations : l’Etat brouille les cartes », l’ antifiscaliste Contribuables Associés s’est amusée à dénombrer les plus petits coups de pouce de l’Etat au titre du budget 2006. Instructif et, parfois, involontairement hilarant. Douze associations ont ainsi reçu moins de 250 €.

Pour les poids lourds de la subvention, c’est du côte du ministère des Finances qu’il faut chercher.

Avec 23,25 millions d’euros, l’ Association pour le logement du personnel des administrations financières (les fonctionnaires de Bercy ont besoin d’un toit) ne dépasse que d’une courte tête Éducation plein air finances (les fonctionnaires de Bercy font du sport), riche de 23 millions. Vient ensuite l’Association pour la gestion des tickets restaurant des administrations financières (les fonctionnaires de Bercy mangent aussi) et ses presque 20 millions.

Des faux nez de l’État, comme les qualifie Contribuables Associés, qui ont, de fait, des missions très proches de celles d’une administration centrale. C’est du sport!

Arrêtons-nous sur le génereux soutien de certaines mairies au milieu associatif. Celle de Levallois-Perret verse ainsi 16,4 millions d’euros, soit 10 % de son budget de fonctionnement, à une centaine d’associations.

Bel effort! Sauf que un tiers de la somme atterrit dans les poches du , qui bénéficie aussi de véhicules, de locaux et de matériel informatique gracieusement mis a sa disposition par la mairie. Comme cela ne suffisait pas, le conseil municipal a été contraint de voter dans l’urgence une subvention supplémentaire de 350 000 € après le fiasco financier des Championnats du monde de judo toutes catégories de décembre dernier, qui se sont soldés par un trou de 700 000 €.

Officiellement, la délibération précise que cette subvention est accordée pour la construction de la future piscine. Qu’importe : à Levallois-Perret, sous la férule de son maire, Patrick Balkany, on sait jongler avec la comptabilité publique.

Em.L.

Article extrait de Marianne du 09 mai 2009

Pour en savoir plus :

” Subventions aux associations : l’État brouille les cartes ” . 16ème étude publiée par Contribuables Associés réalisée par Guillaume Préval.

Le site de Contribuables Associés

Publié par Observateur le 12/05/09

Print Friendly

Articles relatifs


  • Par bouvard, le 14/04/2014

    puisque nous sommes dans les subvention immodérées je vais vous en citer une à stgilles du gard une soi-disant association « culturelle » (10.000 euros DU CONSEIL GENERAL) pour faire la campagne de l’ex-maire ps de la ville.nous avons tous été invités par tract de venir boire un pot et faire la fête et puis surtout surtout :NOUS UNIR TOUS POUR CHASSER LE FRONT NATIONAL TRES DANGEUREUX hihihi à qui va-t-on infliger ces frais de campagne payés par le conseil général ? au ps, au maire, la nouvelle mairie est UMP (UMPS) ils se sont servis de cette argumentaire aussi

    Par Faye Jean, le 04/09/2014

    La France n’est pas vraiment une démocratie.
    Le judiciaire n’est pas séparé de l’exécutif. En conséquence de nombreuses infractions restent impunies.
    Par ex.: La cour des comptes ne peut pas recommander de poursuites. Les actions de classe ne sont pas permises.
    C’est la première modification à faire dans notre constitution:
    Election du judiciaire au suffrage universel, à tous les niveaux.
    Cordialement.

    Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *