Le 27/07/2009

Affaire Julien Dray : les fonds du problème

Epilogue de sept mois d’enquête, le rapport de la brigade financière, remis le 13 juillet au procureur de la République de Paris, synthétise les principaux soupçons de la justice contre le député socialiste Julien Dray. La passion des montres, des stylos et des tableaux, est-elle un alibi ? L’enquête de la cellule antiblanchiment Tracfin a […]

Epilogue de sept mois d’enquête, le rapport de la brigade financière, remis le 13 juillet au procureur de la République de Paris, synthétise les principaux soupçons de la contre le député socialiste Julien Dray.

julien-dray-sos-racisme-fidl-rolexLa passion des montres, des stylos et des tableaux, est-elle un alibi ? L’enquête de la cellule antiblanchiment Tracfin a dévoilé la passion immodérée de Julien Dray pour les montres et les stylos – il en avait acheté pour 130 000 euros entre 2005 et 2008 -, le rapport d’enquête préliminaire, révélé par Mediapart et le Monde, nous apprend que cette addiction est revendiquée aussi par ses collaborateurs. Nathalie Fortis, son attachée parlementaire, comme Thomas Persuy, permanent de SOS Racisme, ont tous les deux expliqué à la brigade financière qu’une partie de l’argent qu’ils avaient reversé à Julien Dray correspondait à des objets qu’ils avaient achetés au député de l’Essonne. Jusqu’alors, les de Julien Dray assuraient que des prêts réguliers avaient été conclus entre l’élu et ses collaborateurs et amis.

En mars , Nathalie Fortis, qui vient de recevoir 5 500 euros du syndicat lycéen Fidl, reverse 4 000 euros à Julien Dray. Elle déclare aux policiers qu’il s’agit du «paiement d’une partie d’une montre Rolex» achetée à son patron en 2004. Dray confirme en précisant qu’il s’agit d’une «Rolex Submariner, modèle James Bond datant de 1955» d’un montant de 35 000 euros. Selon la brigade financière, la montre vaudrait beaucoup moins.

En mai 2006, Thomas Persuy, qui vient de recevoir 9 000 euros de la Fidl et de l’ Stop Racisme Val d’Orge, reverse 8 000 euros à Julien Dray. Il assure aux policiers que cette somme correspond à l’achat «de 5 ou 6 stylos Montblanc que Julien Dray était en train de liquider».

En septembre 2008, c’est SOS Racisme qui achète pour 9 000 euros «cinq tableaux» à l’Association de la 10e circonscription de l’Essonne, qui gère la permanence électorale de Julien Dray ; 7 000 euros sont aussitôt reversés au député. La brigade financière relève que la vente de tableaux est «très éloignée» de l’objet social de l’association.

Des missions fictives sont-elles à l’origine des versements à Julien Dray ?

Nathalie Fortis et Thomas Persuy auraient reversé 74 050 euros à Julien Dray. Les avocats ont jusqu’alors soutenu que cet argent ayant été régulièrement versé par les associations, Fortis et Persuy étaient libres d’en user à leur guise. La brigade financière a des doutes. La collaboratrice de Julien Dray a soutenu qu’elle avait perçu 23 000 euros de la Fidl pour assurer «la courante de l’association».«Aucune convention n’a été retrouvée ou apportée par l’intéressée pour attester ses déclarations», notent les policiers. «Nous pouvons donc nous poser la question de savoir comment, avec un tel emploi du temps, Mme Fortis pouvait-elle encore travailler à d’autres tâches et pour les associations dont elle percevait les fonds ?» s’interrogent-ils. Un certain flou entoure aussi la rétribution de Thomas Persuy par la Fidl – à de 78 599 euros entre 2005 et 2008. «Il n’aurait pas été en mesure, selon la brigade financière, d’identifier les montants qui étaient liés aux remboursements de frais et ceux en rapport avec le paiement de ses indemnités, ni d’associer une action à un mouvement d’argent.» Le même type d’interrogation pèse sur le versement par la Fidl de 6 000 euros à une collaboratrice de Julien Dray à la région Ile-de-France, Geneviève de K. En février 2008, dès réception, elle reverse intégralement cette somme à son patron. Courant 2009, ce n’est qu’après le début de l’enquête qu’un rapport de 8 pages sur «la mutation de la Fidl» sera finalement trouvé. Elle assure, elle aussi, avoir simplement prêté cette somme à Julien Dray.

Les fonds sortis des associations peuvent-ils constituer un détournement de fonds publics ?

C’est le point dur des soupçons. L’enquête de la police s’est orientée sur un «abus de confiance» présumé au détriment des associations, elle n’est pas remontée sur l’origine des fonds. Or une partie de cet argent est publique. SOS Racisme et ses satellites sont subventionnés par les pouvoirs publics à hauteur de 90 %. Or, selon les policiers, certains reversements à Julien Dray sont corrélés à des paiements de subventions. En mai 2006, c’est une subvention de 12 000 euros reçue par la Fidl qui permet à Thomas Persuy de décaisser 8 000 euros pour le député. En mai 2008, idem. Thomas Persuy fait un chèque de 6 000 euros qu’il vient de recevoir de la Fidl (en deux chèques de 2 700 euros et 3 300 euros). «Rappelons que la Fidl venait de recevoir 10 000 euros de subventions», notent les policiers. Selon les extraits de Mediapart et du Monde, la brigade financière ne fait pas état des subventions versées par le régional à la galaxie SOS Racisme. Celles-ci sont pourtant substantielles. Ainsi, en 2008, la Fidl a ainsi reçu 50 000 euros. Les subventions versées à SOS Racisme s’élèvent à 100 000 euros en 2007. La Fédération nationale des maisons des potes (FNMP) était encore plus massivement subventionnée (600 000 euros environ). Les enquêteurs n’ont entrepris aucune vérification sur ce point, ni entendu aucun élu. Julien Dray est vice-président du régional chargé de la politique de la ville et de la , et ses collaborateurs ont naturellement participé aux financements du associatif de la région.

L’affaire traduit-elle des dysfonctionnements au sein de SOS Racisme ?

La gestion de l’association est chaotique depuis son origine. Lors de son contrôle en 2002, la Cour des comptes avait signalé de «graves insuffisances de gestion et de rigueur». Des frais sans justificatifs (60 000 euros en 2000), des dettes (380 000 euros en 2002) avaient conduit SOS Racisme à se trouver placée sous le contrôle de l’Etat en 2003. La situation n’a guère été clarifiée si l’on en croit la brigade financière. Créée à la suite du contrôle de la Cour des comptes, l’association les Parrains de SOS Racisme a versé, elle aussi, des sommes à Nathalie Fortis, peu avant qu’elle ne les reverse à Julien Dray – en décembre 2007. Et à Thomas Persuy également, qui a fait de même, en juillet 2008. Cette association «réglait en espèces les dépenses pour SOS Racisme qu’on ne désirait pas faire apparaître au grand jour, expliquent les policiers, paiement des services d’ordre, colleurs d’affiches, ménages au black», ce qui expliquerait notamment l’importance des sorties en liquide – 129 250 euros entre 2005 et 2008. L’association les Parrains assurait aussi le paiement en direct de certains prestataires. Mais elle aurait également, selon Mediapart, versé des sommes «sans véritable justification» à une demi-douzaine de personnes. La situation de la Fidl est encore plus critique, puisqu’aucune comptabilité n’aurait été retrouvée par les enquêteurs, y compris chez l’expert-comptable du syndicat lycéen.

Le train de vie de Julien Dray est-il en cause ?

Oui et non. En dressant la liste des dépenses du député, la brigade financière s’est aperçue qu’elles s’élevaient à 521 919 euros en moyenne par an (sur les quatre dernières années). Et que ses revenus, estimés à 407 854 euros, n’y suffisaient pas. Il lui fallait donc faire appel à ses amis. Les seuls prêts accordés par Pierre Bergé s’élèveraient à 3. Si Tracfin avait signalé les versements de «particuliers actifs dans la sphère socio-économique», et notamment de chefs d’entreprises attributaires de marchés publics dans l’Essonne ou au conseil régional, les policiers n’ont pas trouvé à redire sur ces prêts personnels, dont certains ont été, depuis, remboursés. Ils signalent quand même que Georges Sebag, petit commerçant des Alpes-Maritimes, qui avait remis à Julien Dray pour 21 000 euros de chèques de clients, avait reçu commande de 5 000 tee-shirts pour SOS Racisme.

source: Libération

Publié par Rédaction le 27/07/09

Print Friendly, PDF & Email

Articles relatifs


Par Ari Canaan, le 08/06/2011

Tous, mais complétement TOUS pourri, il ne reste plus qu’une solution pour sauver la France en 2012, aux deux tours votons en masse Marie Le Pen !

Par gdm, le 11/06/2011

Julien Dray faisait donc de la fraude fiscale « astucieuse ». C’est même un abus de droit caractérisé. Un citoyen ordinaire serait lourdement condamné pour de tels agissements.

Les Juges n’avaient pas exigé que Juppé rembourse les sommes volées sous le prétexte qu’il les utilisaient pour financer son action politique. Les juges d’Emmanuelli ne l’avaient pas non plus condamné à rembourser les millions d’euros volés. Et pour la même raison. Cette mansuétude des juges pour les politiciens véreux est honteuse.

Quelle sera la condamnation de Julien Dray? Un non-lieu? ce serait encore une honte.

Par bernard ALGHISI, le 14/06/2011

@ gdm

Monsieur Julien Dray n’a pas pu être condamné car il n’a pas été jugé….!
Il a bénéficié d’un « rappel à la loi » du Parquet qui n’est en rien un jugement….!
Explications : « Petit rappel à la loi sur le rappel à la loi » http://www.legavox.fr.
Rappel à la loi, classement sans suite et autres prescription de l’action publique d’affaires oubliées dans un placard sont monnaie courante dans les affaires politico-judiciaires sous la pression des politiques….!
En ce qui concerne la prescription qui semble être la hantise des politiques et élus, il faut être vigilant sur un éventuel tripatouillage du Code de procèdure pénale leur apportant la quasi immunité des crimes et délits qu’ils commettent..!
Pour la majorité d’entre nous à qui rien n’est toléré, cela dépasse bien évidemment l’entendement.
N’est-il pas également paradoxal de voir des élus condamnés ou des politiques « virés » du gouvernement pour avoir commis des infractions de droit commun, se retrouver à la tête d’une collectivité, sur les bancs ce l’Assemblée ou du Sénat pour y vôter nos lois ?
Fais ce que je te dis, mais ne fais pas ce que je fais…!
C’est hélas l’exemple donné à la lutte contre la délinquance dans notre pays, rien de plus normal ni de plus démocratique….!
Des exemples : http://www.associationsmieuxvivredanslatransparence.fr.
mais aussi : Lettre ouverte à Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République: http://www.lecri.fr
et nos commentaires de cette lettre.

Par FORNEY, le 21/06/2011

Certains ont organisé la corruption comme système de pouvoir et de contrôle des peuples. Cela au plus haut sommet de nos institutions en détruisant toute morale et individus pour des intérets le plus souvent financiers. Ma compilation vidéo résume http://www.dailymotion.com/RENEFORNEY#videoId=xihufr

Par bernard ALGHISI, le 02/07/2011

@ René FORNAY
Votre commentaire correspond exactement à ce que nous ressentons depuis des années. Voir notre « Petite chronique à destination des partis politiques » sur notre site http://www.associationmieuxvivredanslatransparence.fr.
qui démontre modestement comment ils se sont organisés et pourquoi ils peuvent encore nous « berner »…!
Cependant, aprés avoir organisé la corruption, voilà qu’ils organisent leur immunité pénale…!
Exemple: La loi sur le jury populaire dans les tribunaux.Un jury populaire ne serait-il pas inspiré s’il avait à se prononcer sur des affaires dans lesquelles les élus et politiques ont fait les poches des contribuables ?
Attention également à la correctionnalisation déjà souvent pratiquée par les Procureurs en matière d’affaires politico-judiciaires. Elle pourrait avoir une conséquence directe sur la prescription qui est déjà une honte dans notre pays….!
Car cette prescription est souvent appliquée à des infractions dites continues. Infractions qui ne peuvent souvent être découvertes qu’aprés des années de mandats durant lesquelles, les auteurs se sont protégés, ont été protégés par la justice sous la pression des politiques.
C’est dans cet esprit que l’on voit le temps mis par notre justice pour s’emparer, traiter et juger les affaires politico-judiciaires. Cette attente allant souvent jusqu’au décès de l’auteur pour nous expliquer béatement que l’action publique est éteinte…!
En fait beaucoup de bruit et d’argent dépensé inutilement pour nous expliquer en clair que même l’Etat n’a pas confiance en sa justice et que si par hasard après 2012…..!
Dans tous les cas, nous serons là et nous, nous n’oublierons pas les responsables de toutes ces magouilles….!

Par bernard ALGHISI, le 30/07/2011

Il y a des commentaires qui dérangent…..!
Sur le net, cet article et ses commentaires qui après plusieurs jours se trouvaient en quatrième place d’un moteur de recherche à la rubrique : « JULIEN DRAY », sont soudain passés à la 72ème place, puis sont revenus hier à la 51ème pour aller quelques heures après à la 319ème et enfin ce matin à la 337ème ?
Probablement même avec l’argent du contribuable ?

  • Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.