Le 30/09/2013

650 000 euros de déficit pour le magazine de la CGT

La Nouvelle vie ouvrière, le magazine de la CGT, a enregistré un déficit de 650 000 euros en 2012.

La Nouvelle vie ouvrière, le magazine de la CGT, a enregistré un déficit de 650 000 euros en 2012.

650 000 euros de déficit pour le magazine de la CGTLa Nouvelle société anonyme La Vie ouvrière, qui appartient à la CGT et édite La Nouvelle vie ouvrière, Ensemble et Le Peuple, a enregistré un déficit de 650 000 euros en 2012. Le chiffre d’affaires de la Vie ouvrière s’élève à 7,5 millions d’euros en 2012.

La CGT envisage désormais de combler le déficit de 650 000 euros du magazine La Nouvelle vie ouvrière via une souscription organisée dans les fédérations. La Nouvelle vie ouvrière a été fondée en 1909 par le militant syndicaliste révolutionnaire Pierre Monatte (1881-1960). Il rejoint le PCF en 1923 avant d’en être exclu un an plus tard et fonde alors la Révolution prolétarienne, revue qui existe toujours.

Rappelons que la CGT bénéficie de très importantes ( voir Enquête sur la CGT: révélations), qui lui permettront peut-être également de combler le déficit de 650 000 euros du magazine La Nouvelle vie ouvrière ( voir aussi L’argent de la CGT, un scandale d’État).

source: http://www.ojim.fr/les-revues-de-la--a-la-peine/

Publié par Rédaction le 30/09/13

Print Friendly

Articles relatifs

Cet article est taggé dans: ,

Par Larigaldie, le 01/10/2013

La Russie n’est plus la pour éponger les dettes .J’espère que ce ne sera pas les contribuables
qui vont payer .En échange de quel service déguelasse ???

Par ACL, le 01/10/2013

Même sans subventions inscrites dans des budgets publics, un apport sur les fonds de la formation professionnelle doit permettre d’arranger cela.

Par Lefond, le 17/11/2013

Le problème est que ce sera pire dans les années qui viennent parce que c’est un mode de communication qui disparaît.
Ce n’est pas un déficit, c’est un gouffre sans fond.
Bref aucune ambition, une opposition systématique à une vision d’avenir, et au bout du compte de l’argent perdu pour encore moins de service -déjà si maigre- pour le syndiqué. Donc moins de syndiqués, donc moins de poids, donc…

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *