Le 16/10/2014

Combien coûtent les bureaucrates de Bercy ?

Les fonctionnaires des finances gagnent souvent 30 % de plus que leurs collègues et perçoivent parfois des rémunérations dépassant 20 000 euros bruts par mois.

«Nous sommes Urssaf, Cancras et Carbalas… Qui que tu sois, quoi que tu fasses, faut qu’tu craches, faut qu’tu payes… ». Vingt ans après, la ritournelle des Inconnus reste d’actualité.

Combien coûtent les bureaucrates de Bercy ?

Les agents du « râpent » plus fort que jamais et donnent même le sentiment de fixer le tempo fiscal à la place de leurs ministres. Au fil du temps, Bercy est devenue une forteresse soucieuse de défendre ses privilèges. Malgré les incantations à la baisse de la dépense publique, les des finances gagnent souvent 30 % de plus que leurs « collègues». Certains technocrates perçoivent des rémunérations dépassant 20 000 euros bruts par mois.

Dans un livre récent, Thomas Bronnec et Laurent Fargues ont dressé un état des lieux détaillé de Bercy. Rivalité traditionnelle entre les hauts fonctionnaires du Trésor, qu’Hervé Gaymard qualifiait de « putes bourgeoises » et les « moines soldats » du Budget ; arrogance de l’Inspection générale des finances et pouvoir rampant de ces milliers de fonctionnaires gérant les fonds des dossiers à la place de leurs ministres : ce ne sont pas les politiques, mais les fonctionnaires qui calibrent des mesures fiscales infligées aux contribuables et dont ils sont les seuls à maîtriser le contenu. Impossible pour un ministre de régenter Bercy quand il a son administration sur le dos. A la fin des années 90, même DSK a dû lâcher du lest devant l’hostilité suscitée par son projet de réorganisation ministérielle. Nicolas Sarkozy a aussi fait profil bas pour obtenir l’appui des technocrates du Trésor et faire passer des textes de loi qu’un décret d’application ou une instruction fiscale ne viendraient pas vider de leur substance…

Un nouveau bras de fer pourrait bientôt opposer certains personnels à Bruno Bézard, le nouveau patron du Trésor. A la DGFIP, il a réduit la prime des administrateurs généraux des de 2 000 euros. Surpris par cette décision, certains représentants de cette caste ont protesté bien que leur rémunération avoisine les 20 000 à 25 000 euros par mois ! Il faut dire qu’ils ont été mal habitués : sous l’ère Sarkozy, la fusion de la direction générale de la comptabilité publique et de celle des impôts a donné lieu à une inflation salariale, la CGT signalant des hausses de 30 % à 40 %. Un coût que la Cour des comptes estimait alors à 589 millions d’euros pour la période 2008/2012.

Article extrait des Enquêtes du contribuable n°7: Hauts fonctionnaires : les enfants gâtés de l’Etat

Publié par Rédaction le 16/10/14

Print Friendly

Articles relatifs

Cet article est taggé dans: , , , ,